Dimanche 21 octobre 2018

Questions à…

Louis de Bayser, marchand de dessins anciens

Par Marie Potard · L'ŒIL

Le 17 février 2017 - 186 mots

Quel est le public pour le dessin ancien ? 
Le large éventail d’œuvres proposées permet à une clientèle très diverse de s’intéresser au dessin. On peut avoir des collectionneurs très pointus qui vont rechercher des dessins préparatoires d’un artiste ou d’une période particulière, des conservateurs qui veulent enrichir les collections de leurs musées ou bien encore des amateurs de dessin qui vont se laisser guider par leur « œil » et parfois se laisser surprendre par des dessins « inattendus ».

Quelle est la gamme de prix pratiqués au Salon du dessin ? 
De manière générale, la gamme de prix est très large pour les dessins, allant de quelques milliers d’euros à plusieurs millions pour les dessins d’artistes mythiques comme Vinci ou Michel-Ange. C’est un dessin de Raphaël, vendu à Londres en décembre 2012 pour 36,7 millions d’euros, qui détient le record mondial dans la spécialité. Sur le salon, les prix pratiqués vont de 3 000 à 800 000 euros, voire plus pour certaines feuilles de la Renaissance ou modernes. Sans être calculé de manière scientifique, on peut penser que le prix moyen des transactions au Salon du dessin se situe autour de 30 000 euros.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°699 du 1 mars 2017, avec le titre suivant : Louis de Bayser, marchand de dessins anciens

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque