Los Angeles et la photographie

Une grande vente le 26 juin chez Christie’s

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 9 octobre 2009

Le nouveau bureau de Christie’s à Los Angeles organise sa première vente annuelle de photographie le 26 juin, avec une sélection de 200 tirages contemporains et de collection. Depuis cinq ans, le marché de la photographie est en hausse régulière à l’échelle mondiale, et en particulier à Los Angeles, lieu propice à cette première dispersion.

LOS ANGELES. Le marché de la photographie attire depuis  cinq ans des collectionneurs privés et des institutionnels qui apprécient les prix, la plupart du temps accessibles, de ces œuvres, dans lesquelles ils investissent volontiers. La cote des photographies contemporaines et des tirages de collection est en croissance régulière, tant dans les ventes publiques qu’en galeries. À Los Angeles, où le marché est très actif, se tiendra la première vente annuelle de photographie chez Christie’s, dans son nouvel espace de North Camden Drive, inauguré récemment. Habituellement programmées à New York et à Londres, les ventes de cette spécialité trouvent naturellement leur place à Los Angeles, ville de l’image et du cinéma. Dans l’important ensemble de 200 tirages de collection qui sera dispersé le 26 juin, un autoportrait de Man Ray avec son appareil photo (1935), estimé 90 à 120 000 dollars, constitue l’un des lots majeurs. Un portfolio de dix photographies de Diane Arbus, disparue en 1971, pourrait atteindre 60 à 80 000 dollars. D’après Rick Westin, directeur du département Photo­graphie chez Christie’s, l’intérêt de cette vente est qu’elle réunit "un grand nombre de pièces qui n’ont encore jamais été vues sur le marché", notamment une sélection de rares photographies japonaises de collection, datant des années vingt aux années cinquante. Également inédits, dix-huit clichés d’un photographe réputé de la côte Ouest, Peter Stackpole, montrent des vues d’intérieur des casinos de Las Vegas, prises en 1949 pour illustrer un article de Life Magazine qui n’a finalement jamais été publié. Cette série est estimée 8 à 10 000 dollars. Le marché de la photographie est particulièrement propice à Los Angeles, où plusieurs galeries se consacrent à cette spécialité. Stephen Cohen, qui a ouvert sa structure en 1992, a également lancé à cette époque une foire annuelle de photographie, "Photo LA", à laquelle participent trente grands marchands américains et européens. À la Gallery of Contem­porary Photography, une exposition du remarquable photographe mexicain Manuel Alvarez Bravo est actuellement présentée, et une rétrospective lui est consacrée jusqu’au 18 mai au MoMA de New York. Au Getty Museum, incontournable référence du monde de l’art à Los Angeles, la photographie occupe une place de choix, avec des expositions de haut niveau, sous l’égide de Weston Naef, venu du Metropolitan de New York. Ami de Sam Wagstaff, aujourd’hui disparu, grand collectionneur de photographie américain et compagnon de Robert Mapplethorpe, Weston Naef est à l’origine de l’acquisition de cette prodigieuse collection, achetée 5 millions de dollars par le Getty. Sam Wagstaff avait réuni des œuvres de Kertész, Cameron, Sanders, Nadar, Man Ray, Weston et bien d’autres.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°38 du 16 mai 1997, avec le titre suivant : Los Angeles et la photographie

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque