Dimanche 25 février 2018

Livres et manuscrits de la collection Pierre Berès

Par Armelle Malvoisin · L'ŒIL

Le 24 août 2007

Monstre sacré du monde de la bibliophilie, Pierre Berès s’est lancé dans le commerce des livres à 17 ans. Près de 80 ans plus tard, après la dispersion du fonds de sa librairie, la vente de sa collection personnelle est un couronnement. Longtemps restée secrète, elle se compose de beaux livres et manuscrits littéraires rencontrés au cours de sa prodigieuse carrière et mis de côté à l’instar de 12 poèmes autographes de Rimbaud (est. 100 000 euros chacun).
Surnommé La Chartreuse Berès, le manuscrit de la deuxième édition du célèbre roman de Stendhal ne sera jamais publié, l’auteur s’en étant tenu à sa première version (est. 400 000 euros). Très spectaculaire, un recueil du XVIe siècle de 52 aquarelles originales d’oiseaux par le dessinateur Pierre Gourdelle, dans sa reliure d’époque (est. 600 000 euros) : en matière d’ornithologie, un exemplaire similaire fait la fierté du Muséum d’histoire naturelle à Paris.
Des livres charmants, et plus accessibles, avec lesquels Pierre Berès a entretenu des rapports privilégiés sont à découvrir. Telle une édition tardive du XVIIIe siècle de La Princesse de Clèves (1 000 euros), aux armes du duc de La Vallière. Ou encore un exemplaire d’Adolphe de Benjamin Constant (est. 3 000 euros) dans sa reliure de maroquin violine avec une dédicace amoureuse en italien, imprimée en lettre d’or, qui dit « Les jours heureux, rappelle-toi de moi ». C’est aussi cela aimer les livres.

Pierre Berès : le cabinet des livres, vente le 20 juin à Drouot, 9 rue Drouot, Paris IXe, Maison de ventes aux enchères Pierre Bergé & Associés, tél. 01 49 49 90 00, www.pba-auctions.com

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°581 du 1 juin 2006, avec le titre suivant : Livres et manuscrits de la collection Pierre Berès

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque