Mardi 11 décembre 2018

L’indicateur des ventes - mars 2017

Par Éléonore Thery · L'ŒIL

Le 17 février 2017 - 564 mots

Le calendrier des foires dicte de plus en plus celui des enchères. Cet automne, jamais la Fiac n’avait fédéré autant de ventes et, ce printemps, le scénario se répète avec Art Paris Art Fair et les salons du dessin. Christie’s, qui avait aligné la première ses vacations sur ces événements, organise cette année cinq ventes. Lui emboîtant le pas, Sotheby’s décale sa vente d’art impressionniste et moderne et programme une session dédiée au dessin. Artcurial, quant à elle, scinde ses ventes en deux. De quoi fatiguer les collectionneurs ? La stratégie s’est avérée payante cet automne.

VENTES DE DESSIN
À VENIR -
Des feuilles anciennes aux plus contemporaines, le dessin est à l’honneur fin mars. Artcurial se concentre sur les maîtres anciens et du XIXe, dont les pièces phares sont un ensemble du baron Gros et un dessin de Watteau. Sotheby’s cède un dessin de Picasso de 1970 représentant le peintre et son modèle ou un portait de Louis Aragon d’Alberto Giacometti. Outre ses ventes de dessins anciens et modernes (dont les Paysannes au repos de Camille Pissarro), Christie’s met en vente 55 dessins de l’atelier de Degas et une collection française centrée sur le XVIIIe siècle (dont une vue de la place Saint-Marc par Guardi).

AUGUSTE RODIN 
Le marché du sculpteur se porte bien, malgré les nombreux faux en circulation, encouragés par une législation très variable selon les pays. Les prix font le grand écart selon les différentes fontes d’une même œuvre.
L’Âge d’airain, bronze, 152 449 € (prix marteau), Champin-Lombrail-Gautier, Enghien-les-Bains, 13 avril 1986
Ève, 1881, bronze, 4 590 932 €, Christie’s New York, 8 novembre 1999
Iris, messagère des dieux, 1890-1891, bronze, 6 820 686 €, Sotheby’sLondres, 19 juin 2007
Ève, 1881, bronze, 12 267 252 €, Christie’s New York, 6 mai 2008
Le Penseur, 1880, bronze, 11 665 512 €(15 285 000 $), Sotheby’s New York, 7 mai 2013
Iris, messagère des dieux, 1890-1891, bronze, 15 285 618 €, Sotheby’s Londres, 3 février 2016
L’Éternel Printemps, 1884, marbre, 15 786 000 €, Sotheby’s New York, 9 mai 2016

50 000 À 70 000 $
PROJECTION PRIVÉE -
Telle était l’estimation proposée par Sotheby’s pour une projection de Rogue One, dernier épisode de Star Wars, et une rencontre avec Forest Whitaker, acteur du film. Las, cette formule n’a pas séduit et est restée invendue. La proposition était une première pour Sotheby’s qui organisait une session en ligne, du 28 novembre au 9 décembre, intégralement consacrée aux expériences. La maison de ventes s’est lancée sur ce créneau après avoir investi dans IfOnly, une plateforme de ventes immatérielles. L’industrie du luxe constate en effet que la génération des millennials investit dans des expériences, de la gastronomie aux voyages, au détriment des biens matériels.

- 40 %
C’est la baisse du volume d’affaires des grandes ventes du soir d’art contemporain de Londres et New York en 2016. La chute est la même pour l’art impressionniste et moderne.

SERVICES COMPRIS
Maisons de ventes Dans un marché de plus en plus concurrentiel, à la rentabilité réduite, les grandes maisons de ventes anglo-saxonnes ajustent leur modèle économique. D’un schéma traditionnel fondé sur les commissions prélevées sur les enchères, elles diversifient leur palette de services et s’adjoignent les prérogatives d’autres acteurs du marché : services financiers de prêts, outils de gestion des collections, d’analyse du marché, etc. Dernier exemple en date, Sotheby’s a annoncé la création fin décembre d’un département de conseil destiné aux artistes, aux successions d’artistes ou encore aux fondations.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°699 du 1 mars 2017, avec le titre suivant : L’indicateur des ventes - mars 2017

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque