Samedi 18 septembre 2021

Lille : Boilly ne perd pas le Nord

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 16 janvier 1998 - 209 mots

Estimées entre 1,2 et 1,5 million de francs, deux huiles sur toile de Louis-Léopold Boilly (1761-1845), Les femmes se battent et Les hommes se disputent, ont trouvé preneur à 1,5 million de francs sans les frais, à Lille, le 21 décembre.

Exécutées en 1818 et 1819,  ces scènes d’intérieur de lieux publics étaient conservées dans une collection du nord de la France. Les tableaux, qui avaient été adjugés 1,6 million de francs par Mes Mercier, Velliet et Thullier en 1989, lors des années fastes, ont séduit un autre amateur de cette région de l’Hexagone. Sur les 455 lots proposés, les trois plus hautes enchères ont été portées sur des œuvres qui ont dépassé leur estimation : Le théâtre au village, un panneau parqueté de Jacques-Albert Senave, acquis 210 000 francs ; Paysage avec rencontre de cavaliers et voyageurs à l’entrée d’un village par Jan Bruegel II, emporté à 310 000 francs, et Vases de fleurs, une série de quatre toiles d’Antoine Monnoyer incluses dans un paravent, vendu 510 000 francs. Parmi les 318 lots qui ont trouvé preneur, pour un produit total de 6,5 millions de francs, un tapis d’Aubusson de la fin du XIXe siècle, estimé 20 000 à 25 000 francs, est parti à 135 000 francs.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°52 du 16 janvier 1998, avec le titre suivant : Lille : Boilly ne perd pas le Nord

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque