Jeudi 12 décembre 2019

Art contemporain et design

« L’homme le plus aimant »

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 17 février 2009 - 494 mots

Jean-Claude Binoche met l’art contemporain et le design à l’honneur à Drouot dans une vente qui mélange les genres et les époques.

PARIS - En début d’année, l’hôtel Drouot ne s’anime généralement qu’avec des vacations courantes. C’est pourtant le moment que choisit habituellement le commissaire-priseur parisien Jean-Claude Binoche pour organiser de belles ventes, en privilégiant la qualité, avec un mélange des genres et des époques. Le 4 mars, sa sélection portera cette fois-ci sur une centaine de pièces, principalement d’art d’après guerre et contemporain ainsi que de design. « C’est en fonction des arrivages, plaisante-t-il. Je vends des choses à vendre, parce que des gens ont besoin de liquidités. Il n’y a pas d’œuvres grandioses, mais de belles œuvres que l’on ne trouve pas souvent en ventes publiques. » À ce titre figurent : une intéressante inclusion de lunettes dans du polyester, œuvre d’Arman datée de 1969 et estimée 80 000 euros ; Combat de chevaux, huile sur toile signée André Masson, estimée 100 000 euros, et une Composition d’Auguste Herbin, estimée 70 000 euros.

Presse-papier shakespearien
La vente comprend également L’Homme le plus aimant (le père de l’artiste) (1996), acrylique sur toile de Yan Pei Ming estimée 40 000 euros ; un Décollage d’affiches (1959-1960) de Raymond Hains estimé 25 000 euros, ainsi qu’une table de milieu en fer battu à patine brune (vers 1996), pièce unique d’André Dubreuil. Ces trois pièces avaient été présentées lors des « Temps forts de Drouot » organisés du 5 au 11 novembre 2008. Notons aussi deux bois à patine noire brillante, Femme et Cri, de Wang Keping, estimés 30 000 euros chacun ; une jolie huile sur bois et collage signée Dado, intitulée Mayfair House (1974), portant au dos les étiquettes de la galerie Jeanne-Bucher et du Centre Pompidou, estimée 15 000 euros, ou encore Presse-papier à Priape (Priapus Paperweight) de Man Ray, estimé 15 000 euros. Cet objet, créé en 1920 et réalisé en 1966, en argent blanc et argent sombre massif, a été repris dans l’une des toiles de Man Ray de la série Équations shakespeariennes. Parmi les pièces de design, signalons une suspension Flower Pot de Verner Panton (éditeur : Louis Poulsen), à vingt-cinq cache-ampoules hémisphériques en métal laqué orange et bleu électrique suspendus en décrochement, estimée 10 000 euros, et une rare chaise modèle Pratt (marquée New York 1984 dans la résine sous l’assise) de Gaetano Pesce, en uréthane souple polychrome partiellement translucide colorée dans les tons fushia et vert, moulée à la main et estimée 12 000 euros. « Un modèle similaire est exposé au Museum of Modern Art, à New York », souligne l’expert Fabrice Agudo.

ART CONTEMPORAIN ET DESIGN, vente le 4 mars à Drouot, 9, rue Drouot, 75009 Paris, SVV Binoche-Renaud-Giquello, tél. 01 47 42 78 01, exposition publique : le 3 mars 11h-18h et le 4 mars 11h-12h, www.binoche-renaud-giquello.com

ART CONTEMPORAIN ET DESIGN
Expert : Fabrice Agudo (design)
Estimation : 800 000 euros
Nombre de lots : 115

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°297 du 20 février 2009, avec le titre suivant : « L’homme le plus aimant »

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque