Samedi 29 février 2020

À l’heure de la Fiac

Par Marie Potard · Le Journal des Arts

Le 14 octobre 2015 - 102 mots

Certains opérateurs de vente parisiens veulent bénéficier de l’agitation parisienne créée par la Fiac.

PARIS - Aussi, la maison Digard disperse la collection de Pierre Restany, célèbre critique d’art de l’après-guerre, et de son épouse Jojo, un  fonds qui réunit des œuvres de César, Arman ou Yves Klein, avec la Vénus d’Alexandrie estimée 30 000 à 40 000 euros. Le 26 octobre, Aguttes propose à la vente un tableau de Sanyu (1901-1966), Nu assis ou Académie de dos, sur tabouret, estimé 2 à 2,5 millions d’euros, et un Portrait de Pierre (1906), de Mary Cassatt, estimé 500 000 à 700 000 euros.

Digard Auction, « Collection Pierre et Jojo Restany, les Nouveaux Réalistes », le 24 octobre à 18 heures et le 25 octobre à 14 heures, www.digard.com
Aguttes, « Tableaux modernes », le 26 octobre à 14 heures, www.aguttes.com

Légende Photo :
Alain Jacquet, Le déjeuner sur l’herbe (1964), sérigraphie cellulosique sur toile, diptyque, 175 x 196 cm : Pierre Restany est le personnage de droite - Estimation 30 000 / 40 000 € - Vente Digard Auction - COLLECTION PIERRE ET JOJO RESTANY A DIVERS COLLECTIONNEURS - Samedi 24 octobre 2015 à 18h - Drouot Richelieu - Salle 2

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°443 du 16 octobre 2015, avec le titre suivant : À l’heure de la Fiac

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque