Ventes publiques

DESSIN

Les ventes de dessin à nouveau en baisse cette année

Par Marie Potard · Le Journal des Arts

Le 11 avril 2019 - 482 mots

Alors que les ventes consacrées au dessin avaient atteint des sommets en 2017, la catégorie enregistre une nouvelle déconvenue après celle de 2018.

Paris.À l’occasion du Salon du dessin, une douzaine de maisons de ventes ont profité de l’effervescence parisienne qui régnait autour de cette spécialité lors de la dernière semaine de mars. Si des milliers de feuilles sont ainsi passées sous le marteau, une grande quantité d’entre elles sont restées sur le carreau. « Il y a une overdose de dessins, plus ou moins médiocres, chez de nombreux acteurs du marché, donc c’est normal qu’il y ait beaucoup de casse. Au final, il n’y a pas grand-chose à retenir », a commenté Nicolas Joly, expert indépendant en tableaux et dessins anciens. Sans compter que plusieurs dessins ont été retirés et que la vente de « Jean-Jacques Boissieu (1736-1810) », chez Aguttes, a été annulée à la suite d’une ordonnance de référé prise à la requête de membres de la famille du peintre.

En tout, la quinzaine de ventes ou sections de ventes a réalisé 14 millions d’euros, un résultat inférieur à l’estimation basse et en baisse de 17 % par rapport à 2018. L’an passé, la session avait récolté plus de 16 millions d’euros, soit déjà près de 30 % de moins qu’en 2017.

Chez Christie’s, qui a enregistré le plus haut total de la semaine (6,6 M€), un chiffre cependant en dessous de ses prétentions, un dessin de Chagall, La Danse, a été adjugé 634 000 euros. En revanche, le collectionneur genevois Jean Bonna a, faute d’enchères, demandé le retrait de deux des œuvres qu’il mettait en vente : L’Italienne à la fleur de Picasso et une Tête de jeune femme, XVIe siècle, de Raffaellino Del Colle. Par ailleurs, deux dessins estimés chacun 400 000 à 600 000 euros, l’un de Picasso et l’autre de Pissarro, n’ont pas trouvé preneur.

Sotheby’s a également manqué sa cible avec un total de 3,2 millions d’euros, en dessous son estimation basse. Son œuvre phare, Jeune fille cueillant des cerises, de Berthe Morisot, n’a trouvé aucun acheteur, mais la maison a bien vendu un Portrait du peintre Ludovic Piette, de Pissarro, adjugé 225 000 euros.

Les deux plus belles adjudications de la session en dessins anciens sont allées à Artcurial pour Nus masculins debout, XVIe siècle, de Baccio Bandinelli [voir illustration], parti à 331 400 euros, et à Ader avec une Chasse aux lions, exécutée par le baron Gros et adjugée 230 400 euros.

Concernant les autres ventes à Drouot – 3,2 millions d’euros en tout –, signalons une préemption du Musée du Louvre pour Portrait d’Henri, Dauphin de France, futur Henri II, par Clouet, adjugé 14 000 euros au marteau (est. 15 000 à 20 000 €). « Seules les feuilles qui sortaient du lot, un peu inédites s’en sont tirées », résumait Nicolas Joly.

Toutes les estimations sont indiquées hors frais acheteur tandis que les résultats sont indiqués frais compris.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°521 du 12 avril 2019, avec le titre suivant : Les ventes de dessin à nouveau en baisse cette année

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque