Lundi 10 décembre 2018

Les valeurs sûres de la tradition

En mai à Drouot, trois ventes ont fait la part belle à la qualité

Le Journal des Arts

Le 13 juin 1997 - 712 mots

Œuvres d’art à l’étude Beaussant-Lefèvre, le 16 mai, livres illustrés ou belles reliures anciennes chez Mes Laurin-Guilloux-Buffetaud, le 23 mai et chez Piasa, le 28 mai : ces trois ventes ont enregistré des prix élevés pour les pièces de qualité.

PARIS. Les œuvres classiques ont reçu un très bon accueil, le 16 mai, chez Mes Beaussant-Lefèvre. Une enchère de 455 000 francs a été portée sur Les Quatres Saisons de Martin van Cleve, suite de quatre panneaux de chêne de 31 x 46,5 cm, représentant de pittoresques scènes de village flamandes. Estimé 150 à 200 000 francs, un Portrait équestre de Louis XV sur fond de paysage, exécuté en 1724 par Charles Parrocel et Jean-Baptiste van Loo, est monté jusqu’à 370 000 francs. Venant de la collection du comte de Rosebery, ce portrait hiératique est le fruit d’une collaboration artistique réussie : "La teste par van Loo, le cheval par Parrocel" est-il inscrit au revers de la toile. Il en existe une autre version au Musée du château de Versailles, et un dessin préparatoire du portrait de Louis XV par Parrocel se trouve au Musée d’Angers. Les sculptures modernes étaient représentées notamment par La mort d’Athènes d’Auguste Rodin, épreuve en bronze à patine verte, fonte Alexis Rudier de 1904, adjugée 550 000 francs. Cette belle pièce, haute de 37,5 cm, avait été offerte en 1909 au docteur Baudot lors de son départ à la retraite, par ses collègues de la Compagnie des chemins de fer de l’Ouest dont il était médecin-chef, et est restée dans sa famille jusqu’à ce jour. Estimée 120 000 francs, une Petite panthère se léchant la patte de 1904, épreuve en bronze à la cire per­due numérotée 3, fonte Hébrard, haute de 15 cm, a suscité l’enchère de 201 000 francs.

Fortunes diverses des livres
Le recueil des Vedute di Roma de Piranèse est toujours aussi apprécié, et l’exemplaire daté de 1748-1776, dispersé chez Mes Laurin-Guilloux-Buffetaud le 23 mai, a été adjugé 680 000 francs à un client resté anonyme agissant par l’inter­médiaire de l’expert. Estimé 500 000 francs, cet ensemble de 127 planches sur le plan de Rome, "non pliées" et en bon état, a figuré dans la collection Charles Benjamin Caldwell en Irlande, et de H.P. Kraus à New York. Dans la même vente, les Contes et Nouvelles en vers de La Fontaine (1762) reliés en maroquin vert par Derome le Jeune, ont été adjugés 125 000 francs. Un magnifique manuscrit d’Heures du XVe siècle sur vélin fin a été emporté par un client privé à 280 000 francs. Cet ouvrage merveilleux, d’une grande fraîcheur, recèle six petites miniatures (les Quatre Evangélistes, la Vierge à l’Enfant, la Pietá) et neuf grandes, avec diverses scènes de la Bible : l’Annonciation aux bergers, le Couronnement de la Vierge, David et Bethsabée..., dans un foisonnement d’arabesques, de feuillages, de roses, de fraises et d’effets d’or vif sur fond d’or mat. Le 28 mai chez Piasa, les livres anciens, illustrés ou non, ont connu des fortunes diverses sur un marché exigeant où les estimations et les prix de réserve trop élevés se soldent souvent par des rachats. Toutefois, un certain nombre d’ouvrages ont reçu des enchères de bon niveau. Ainsi, les Fables de La Fontaine illustrées par 45 charmants dessins à la plume et au sépia de Moreau le Jeune ont été adjugées 200 000 francs. De Pierre de Blois, prolixe épistolier du XIIe siècle, un recueil de 207 lettres de rois, de papes ou de grands personnages de son temps, adjugé 190 000 francs, est une mine de renseignements historiques sur l’époque d’Henri II Plantagenêt et de Richard Ier d’Angleterre. Un recueil de costumes ottomans "des principaux officiers et magistrats de la Porte" (1775-1780), comportant 96 plan­ches mises en couleurs, a reçu l’adjudication de 165 000 francs, et plus récent, les Costumes de femmes du Pays de Caux (1827), 120 000 francs. La Biblio­thèque nationale a usé de son droit de préemption sur un superbe exemplaire unique de la Comœdiæ de Térence comprenant sept grands dessins originaux de Charles-Nicolas Cochin le Jeune – inédits dans leur format d’origine –, à 238 000 francs. Le Musée de la ma­rine a préempté les Vues des principaux ports et rades du Royaume de France de Nicolas Marie Ozanne, adjugées 38 000 francs .

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°40 du 13 juin 1997, avec le titre suivant : Les valeurs sûres de la tradition

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque