Dimanche 25 février 2018

Art déco

Les mastodontes de la saison

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 19 novembre 2007

La maison Camard offre de rares meubles signés Rateau et Legrain tandis que Christie’s présente un salon exceptionnel signé Ruhlmann.

PARIS - La maison Camard, à Paris, offrira le 3 décembre une vente de prestige d’Art déco avec des pièces d’exception signées Armand Albert Rateau et Pierre Legrain. Le mobilier Rateau atteint des sommets inégalés en vente publique depuis la dispersion de la collection Dray à Paris le 8 juin 2006 chez Christie’s, au cours de laquelle sept pièces avaient été adjugées entre 1,5 et 4,2 million(s) d’euros.
Un rare guéridon à plateau en marbre noir reposant sur six pieds en bronze patiné, vers 1919-1920, estampillée Rateau, sera la vedette de la vente Camard sur une estimation de près de 2 millions d’euros. Ce modèle fut à l’origine dessinée pour le patio de la piscine de l’appartement new-yorkais de George et Florence Blumenthal. Estimée 350 000 euros, une table haute à plateau rectangulaire en épaisse dalle de marbre blanc, sur châssis en bronze doré reposant sur quatre pieds cylindriques en bronze laqué camomille, vers 1925, fut, quant à elle, commandée à Rateau par les Blumenthal pour la décoration de leur château provençal de Malbosc, près de Grasse. Legrain sera également en vedette avec une superbe paire de cubes à assise carrée en bois, laqués noir et rouge chinois à motif de triangle avec des rehauts de feuilles d’argent frotté, vers 1925, estimée 600 000 à 800 000 euros. « Cette paire est à rapprocher stylistiquement de celle du studio de Jacques Doucet à Neuilly et de celle du Salon de Jeanne Tachard à La Celle-Saint-Cloud, seuls autres modèles connus », précise le spécialiste Jean-Marcel Camard. Autre rareté de Legrain, un fauteuil moderniste et cubisant, en bois de palmier massif, cuir et bronze chromé, reposant à l’avant sur deux pieds de section losangée chaussés de métal, estimé 300 000 euros. Douze vis chromées, volontairement apparentes, ponctuent les accotoirs et une frise de triangles en bronze argenté souligne le plat du dosseret arrière. Signalons encore un cadre Art déco pour tableau, à large structure cintrée en placage de bois de palmier et dalle d’opaline blanche, pièce unique réalisée par Legrain et conservée dans la famille jusqu’à aujourd’hui, estimée 100 000 euros. Ou un bracelet moderniste en argent et laque noire de 1927 de même provenance, signé Raymond Templier et dédicacé « Pour Marie Legrain », et un précieux meuble de rangement à hauteur d’appui en placage de palissandre de Rio décoré d’ivoire gravé, teinté et rehaussé d’or, signé Clément Mère, vers 1930, estimés 60 000 euros chacun.

Masques en céramique
Chez Christie’s, le 27 novembre, deux lots retiendront particulièrement l’attention. Estimé 650 000 à 850 000 euros, un ensemble exceptionnel d’Émile Jacques Ruhlmann est appelé communément « salle à manger Berger » du nom de l’un des principaux fournisseurs en bois du créateur pour lequel Ruhlmann dessine ce modèle de table en 1923. En bois massif sculpté recouvert d’une laque naturelle rouge, il comprend une table composée d’un plateau reposant sur un double piétement sculpté en creux d’un motif de cailloutis, et dix-huit chaises gainées de leur cuir noir d’origine et agrémentées de sabot en bronze argenté. Une magnifique enfilade d’Eugène Printz et Jean Dunand, de 1930-1931, estimée 350 000 euros, est aussi à l’honneur. Apparue pour la première fois en 1981 dans une vente de Sotheby’s à Monaco, elle est en placage de kekwood et palmier, ouvrant en façade par quatre portes en laiton patiné au feu et argent, à décor géométrique, et provient de l’ancienne collection de la princesse Élisabeth de la Tour d’Auvergne au château de Grosbois. Notons aussi un grand miroir avec un cadre en bois sculpté laqué blanc de 1921, estampillé Rateau et estimé 50 000 euros, ainsi que trois Masques de 1937 signés Jean Besnard, en céramique émaillée blanche et craquelée, estimés 25 000 euros pièce.

- ARTS DÉCORATIFS DU XXe SIÈCLE ET DESIGN, vente le 27 novembre, Christie’s, 9, avenue Matignon, 75008 Paris, tél. 01 42 46 35 74 ; expositions publiques : les 24 et 26 novembre 10h-18h, le 25 novembre 14h-18h, www.christies.com - ARTS DÉCORATIFS DU XXe SIÈCLE, vente le 3 décembre, Drouot, 9 rue Drouot, 75009 Paris, SVV Camard, tél. 01 40 76 85 85 ; expositions publiques : les 29 et 30 novembre et 1er décembre 11h-18h, le 3 décembre 11h-12h, www.camardetassocies.com

CHRISTIE’S - Experts : Sonja Ganne et Cécile Verdier - Estimation : 3 millions d’euros - Nombre de lots : 91 CAMARD - Experts : Jean-Marcel Camard - Estimation : 5 millions d’euros - Nombre de lots : 165

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°269 du 16 novembre 2007, avec le titre suivant : Les mastodontes de la saison

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque