Lundi 17 décembre 2018

Les ventes aux enchères dans le monde, résultats et commentaires

Les manuscrits Sassoon

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 1 septembre 1994 - 326 mots

LONDRES - Une vie consacrée aux livres. David S. Sassoon est mort en 1942. En 1976, ses héritiers confient la dispersion de ses trésors à Sotheby’s – et nous voici, le 21 juin, arrivés à la cinquième, et peut-être dernière vente : 94 % des lots adjugés, pour un produit total de 19 millions de francs.

La collection comportait à l’origine plus de 1 150 manuscrits et l’on ne sait où beaucoup d’entre eux ont abouti. Il est déplorable qu’un ensemble réuni avec tant de passion et d’intelligence soit ainsi dispersé et perdu pour l’étude. Les lots les plus importants ont été vendus par enchères téléphoniques à des inconnus qui ont préféré garder l’anonymat.

Parmi les neuf Bibles vendues pour un total de £ 1,7 million, le prix le plus élevé – £ 340 000 (2,8 millions de francs) – a été atteint par un ouvrage français du XIIe siècle, incomplet mais d’un travail excellent pour l’élégance des caractères et de la mise en page, la finesse du parchemin et les enluminures : on y relève plus de 150 dessins satiriques et fantastiques, caractéristiques d’une époque où les Juifs refusaient toute représentation de la figure humaine dans les textes sacrés. Le texte n’est plus présenté sur trois colonnes selon les prescriptions talmudiques, mais sur une seule, ce qui laisse de vastes marges pour les commentaires.

Le prix atteint n’est pas un record. Lors de la première vente de 1976, un exemplaire babylonien du IXe siècle avait été acheté 1 million de francs suisses (4,5 millions de francs). Lorsque l’on sait que la famille Sassoon avait offert la collection pour 13,5 millions de francs, à la condition qu’elle ne serait pas dispersée, on ne peut que regretter cette nouvelle vente. En 1976, les héritiers Sassoon avaient obtenu le produit financier qu’ils souhaitaient et la collection ne devait plus connaître de vente, pour être un jour transférée à Jérusalem. Mais telle n’a pas été la suite de l’histoire…

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°6 du 1 septembre 1994, avec le titre suivant : Les manuscrits Sassoon

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque