Armory Show

Les Français ambitieux à New York

Par Frédéric Bonnet · Le Journal des Arts

Le 3 mars 2006

La foire, dont la huitième édition se tiendra du 10 au 13 mars, est devenue incontournable.

NEW YORK - Les Français, autant que les autres, se battent pour en être. Les clignotants du marché étant au vert soutenu, l’Armory Show 2006, à New York, semble annoncer un nouveau succès commercial, après les 45 millions de dollars de transactions enregistrés l’année dernière. La somme traduit un bond très conséquent, si l’on considère que l’édition 2002 s’était conclue par des ventes d’un montant global de 30 millions de dollars. La fréquentation est d’ailleurs à l’avenant, passée de 24 250 visiteurs en 2002 à 40 000 l’an dernier. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que près de cinq cents postulants se soient disputé les cent cinquante-quatre stands disponibles.
Treize Français seront de la partie, parmi lesquels les parisiens Yvon Lambert, Thaddaeus Ropac, Almine Rech ou Praz-Delavallade. Frank Elbaz (Paris), qui veut « surprendre » avec les Françaises Audrey Nervi ou Marcelline Delbecq, et Ghislaine Hussenot (Paris), qui annonce Mike Kelley, Jorge Pardo et Pae White, font leur entrée. Chantal Crousel (Paris), absente l’an dernier, a choisi de
délaisser l’ARCO de Madrid pour venir à New York. Le climat américain y est pour elle porteur et reflétera la composition de son stand, avec notamment Reena Spaulings et Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla, présents à la Biennale du Whitney, ou Jean-Luc Moulène, qui intéresse un musée américain.
Faire découvrir et placer des artistes français à l’étranger est pour beaucoup de galeristes une motivation essentielle. Philippe Valentin (Chez Valentin, Paris) souligne que Mathieu Mercier, déjà connu aux États-Unis, est une locomotive entraînant dans son sillage Pierre Ardouvin, Laurent Grasso ou Étienne Bossut. « Les collectionneurs américains ne demandent pas spécifiquement à voir des Français, mais ils sont curieux, intéressés et n’ont rien contre », confie-t-il. Un sentiment partagé par Olivier Antoine (Art : Concept, Paris), qui, cette année, expose entre autres Vidya Gastaldon, Richard Fauguet et Geert Goiris. Ce vétéran de l’Armory Show, qui en est à sa septième participation, dit utiliser la galerie comme un « tremplin à l’exportation », voire à l’importation lorsqu’il montre l’Américain Gedi Sibony, dont il est, fait rare, le seul représentant.
Décriée il y a peu encore pour la qualité très hasardeuse de son organisation, la foire semble avoir récemment gagné en professionnalisme et, surtout, continue d’attirer les collectionneurs, y compris les très importants. Pour Emmanuel Perrotin, membre du comité de sélection et récemment installé à Miami, New York est « incontournable. Tous les grands collectionneurs américains y passent, ce sont des relations importantes à entretenir ». Il montrera, avec un stand très international, Bernard Frize, Paola Pivi, Piotr Uklanski ou Leandro Erlich. Son confrère Peter Kilchmann (Zurich) confirme : « New York est toujours la plus importante place du marché, et il est important d’y être. »
La ville elle-même n’est pas pour rien dans l’attrait suscité par l’Armory Show, tant le tissu culturel y est dense. Pendant la foire, musées et galeries organisent des événements spécifiques, et nombre de collectionneurs ouvrent les portes de leur collection. Mais l’activité est aussi intense tout au long de l’année. Pour Frank Elbaz, « Chelsea, c’est Bâle tous les samedis ! »
Nathalie Obadia (Paris), qui, cette année, choisit de mettre l’accent sur les artistes ayant récemment rejoint sa galerie, tels Cameron Jamie ou Chloe Piene, relève quant à elle que « l’atmosphère n’y est pas artificiellement conçue, comme c’est le cas à Miami pendant une semaine ».
Et si la foire n’est pas réputée pour la qualité de ses murs ni la taille de ses stands, certains semblent avoir trouvé la parade. Georges-Philippe & Nathalie Vallois (Paris), en coproduction avec Hauser & Wirth (Zurich, Londres), installeront dans le hall du Pier 90 une œuvre monumentale de Richard Jackson qui risque de faire sensation. L’un des événements de la foire pourrait bien venir d’Europe. Qui se plaint encore d’une trop grande discrétion de la France à l’étranger ?

The Armory Show

Du 10 au 13 mars, Piers 90 & 92, 12th Avenue at 50th & 52nd Streets, New York, www.thearmoryshow.com, du 10 au 12 -20h, le 13 12h-17h

The Armory Show

- Directrice : Katelijne De Backer - Nombre d’exposants : 154 - Nombre de visiteurs en 2005 : 40 000

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°232 du 3 mars 2006, avec le titre suivant : Les Français ambitieux à New York

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque