Lundi 10 décembre 2018

Les Brèves : Le Salon des livres et des papiers anciens, Le premier Salon français des textiles anciens...

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 24 octobre 1997 - 905 mots

Le Salon des livres et des papiers anciens se déroule à Paris jusqu’au 2 novembre. L’Espace Champerret est ouvert au public tous les jours de 11h à 19h, et jusqu’à 22h les vendredi 24 et jeudi 30 octobre. Deux cents marchands y proposent affiches, gravures, cartes postales, photographies, autographes, livres et journaux anciens…

Le premier Salon français des textiles anciens s’ouvre à Vendôme le 26 octobre. De 10h à 18h, une quarantaine de marchands venus de France, de Grande-Bretagne, des Pays-Bas et du Danemark exposeront dans les halles du linge de maison des XIXe et XXe siècles, des tentures, des soieries et tapisseries XVIIIe, des costumes…

Le XIVe Grand marché d’art contemporain aura lieu place de la Bastille du 29 octobre au 2 novembre. De 11h à 20h, et jusqu’à 22h le 31 octobre, 450 artistes présenteront au grand public comme aux professionnels leurs dernières créations dans les do­maines de la sculpture et de la peinture.

La Foire d’antiquités et brocante de la Bastille se tiendra du 6 au 16 novembre. Tous les jours de 11h à 19h, et jusqu’à 22h le premier soir, 350 marchands y proposeront des tableaux anciens et modernes, des meubles des XVIIIe et XIXe siècles, des objets d’art…

Le XXVIIIe Salon des antiquaires du Touquet se tiendra au Palais de l’Europe du 31 octobre au 3 novembre, de 10h à 20h. Une cinquantaine de professionnels, dont une dizaine de restaurateurs d’art, présenteront mobilier britannique et du XVIIIe siècle, céramiques, verrerie, bronzes et peintures anciennes, parmi lesquelles nombre de marines et de tableaux hollandais.

Les "Temps forts", organisés par les commissaires-priseurs de Drouot du 24 au 26 octobre, seront l’occasion de découvrir en avant-première, comme depuis trois ans, en­viron 150 œuvres phares qui devraient faire l’objet d’enchères records. Les plus belles œuvres de la collection Rouart (lire ci-dessus) ; Le chant de Matisse, estimé 1,8 à 2,2 millions de francs ; un buste en bronze de Brancusi, coté 700 000 francs ; un dessin de Prud’hon, Étude de femme assise, estimé 1,5 million de francs ; un bureau plat rectangulaire de Molitor, estimé 400 000 francs ; une console d’Alberto et Diego Giaco­met­ti, cotée 400 000 francs, et des autographes de Napoléon seront exposés à Drouot Mon­taigne de 12h à 18h le vendredi, et dès 11h les samedi et dimanche.

Le produit de la vente du mobilier du château de Mello, dispersé par Me Jacques Tajan le 16 octobre à Drouot, s’élève à 28,936 millions de francs sans les frais. Dans l’ensemble, les tableaux anciens, l’orfèvrerie, les meubles et les objets d’art ont triplé leur estimation. La pièce vedette, une commode à portes de forme rectangulaire en acajou portant l’estampille d’Adam Weisweiler, estimée entre 700 000 et 800 000 francs, a été adjugée 5,5 millions de francs. Un surtout de table en bronze réargenté, proposé entre 100 000 et 150 000 francs, est parti à 450 000 francs. Construite au début du IXe siècle et réaménagée au cours du XIe, cette demeure du Val d’Oise a été agrandie, restaurée et meublée au début du XIXe siècle par la famille Seillière.

La tentation de Gustav van de Woestyne, estimée 10 à 12 millions de francs belges, a été adjugée 11,3 millions (1,84 million de francs français). Au cours de cette ven­te, organisée à Anvers le 14 octobre par Campo & Campo, 380 lots ont été ven­dus pour un produit de 32,5 millions de francs belges (5,3 millions de francs). Villa­ge sous la neige, de Jakob Smits, estimé 1,4 million de francs belges, est parti à 1,764 million et Homme assis sur un tabouret, estimé 600 000 francs, à 1,386 million. Les deux pièces phares, estimées chacune 5 à 7 millions de francs belges, le Portrait d’Anne-Judith par Magritte et la Nature morte de Van de Resten, n’ont pas trouvé preneur.

Une huile sur toile d’Asger Jorn, Eine Acht Nuss, estimée 350 000 francs, a été adjugée 415 000 francs par Mes Loudmer, Chayette et Cheval, le 4 octobre à Drouot. Lors de cette vente d’art abstrait et contemporain, 66 % des 211 lots mis aux enchères ont trouvé preneur, pour un produit total de 3,131 millions de francs sans les frais. Un Combas de 1992, Brave Margot, est parti à son prix d’estimation de 100 000 francs et une sculpture d’Arman de 1981, Proud in despite of, estimée 160 000 à 180 000 francs, a été acquise 175 000 francs.

La collection Mafalda Davis, muse de Salvador Dali, a rencontré un vif succès lors de la vacation organisée par Me Lancry le 10 octobre à Drouot. 129 des 133 lots ont été adjugés pour un produit total de 2,5 millions de francs sans les frais. Les deux plus hautes enchères ont été portées sur une aiguière symbolique, Le pain et le vin, adjugée 360 000 francs, en dessous de son estimation de 600 000 francs, et sur un plat en céramique, cassé et réparé, La Vénus à béquilles, coté 50 000 francs, qui a trouvé preneur à 238 000 francs.

Horlogers, joailliers, émailleurs et orfèvres du XVIIe siècle à nos jours seront à l’honneur chez Antiquorum, à travers quatre cents témoignages d’amour qui seront mis aux enchères le 16 novembre à l’Hôtel des Bergues, à Genève.

Une paire de pistolets d’époque Premier Empire, signés de Boutet et estimés 150 000 à 250 000 francs, sera mise aux enchères par le Crédit municipal de Paris le 6 novembre, avec des tableaux anciens et modernes, sculptures, mobilier et verreries Art nouveau et Art déco.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°46 du 24 octobre 1997, avec le titre suivant : Les Brèves : Le Salon des livres et des papiers anciens, Le premier Salon français des textiles anciens...

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque