Mercredi 21 février 2018

Les ailes du désir

L'ŒIL

Le 17 décembre 2007

Une mystérieuse sagesse est contenue dans ce pur profil de Tahitienne, estimé 700 000 €. Selon l’expert Patrick de Bayser, « l’étrange chimère rouge qui plane au-dessus de sa tête comme un état mental mystérieux » est une forme simplifiée du lézard ailé rouge, qui tente la belle Teha’amana dans Te Nave Nave Fenua (Terre délicieuse), car dans l’éden polynésien, il n’existe pas de serpent... Cet idéal féminin tout songeur se teinte de la passivité sensuelle des Tahitiennes et d’autres beautés lointaines, telle Aziyadé, rêvées par les artistes de la fin du siècle. Il contraste avec la nervosité d’un profil de Pie VII, réalisé par David en étude préparatoire au Couronnement de Joséphine, sans doute d’après nature, dans le vif de l’événement (15 000 €). Présents aussi dans cette vente, un paysage du Lorrain La Chasse d’Ascagne dans un paysage classique (100 000 à 120 000 €) ainsi que des œuvres de Boucher, Degas, Natoire, Hubert Robert...

Drouot, Paris, 26 mars.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°545 du 1 mars 2003, avec le titre suivant : Les ailes du désir

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque