Dimanche 8 décembre 2019

L’envol d’Art Forum Berlin

La Foire, de plus en plus internationale, accueillera 170 galeries

Le Journal des Arts

Le 14 septembre 2001 - 636 mots

Après des débuts difficiles consécutifs à son lancement en 1996, Art Forum Berlin semble enfin avoir trouvé ses marques l’an passé avec un volume d’affaires élevé. Elle accueillera pour sa sixième édition, du 3 au 7 octobre, 170 galeries. 60 % d’entre elles sont étrangères dont cinq françaises.

BERLIN (de notre correspondante) - Plate-forme d’observation de l’art contemporain, Art Forum Berlin aura lieu cette année du 3 au 7 octobre. Sélectionnées parmi 500 candidatures par un comité international, quelque 170 galeries représentant 28 pays participeront à cette sixième édition. Les stands, agencés par ordre alphabétique, permettront aux galeries les plus récentes de se mêler au peloton des plus établies tandis qu’une nouvelle section intitulée “Project Spaces” sera dédiée aux jeunes galeries et aux projets à but non lucratif et indépendants. Avec plus de 60 % de participants étrangers, Art Forum Berlin se veut très internationale : les États-Unis, la Grande-Bretagne, les pays scandinaves, la Russie, le Japon, la Pologne, la Hongrie seront à nouveau représentés alors que la Chine et l’Islande feront leur première entrée. Quant à la participation française, elle sera assurée par quatre galeries parisiennes, Anton Weller, Gilles Peyroulet, la galerie du Jour agnès b. et Zürcher, et une toulousaine, Sollertis. Sabrina Van Der Ley, directrice de projet depuis deux ans, pense que la force de cette foire est de se concentrer exclusivement sur la production artistique des trois dernières années. “Toutes les foires d’art en Europe, à l’exception peut-être de la ‘Liste’ à Bâle, veulent offrir une présentation exhaustive de l’art du XXe siècle. Art Forum Berlin opère dans un champ plus réduit car elle traite uniquement d’art contemporain.” Sabrina Van Der Ley remarque que la tendance dans ce domaine est de prendre en compte “le facteur populaire, qui joue un rôle primordial. On trouve de nombreuses pièces provocatrices, bruyantes et ludiques. Je le regrette car, personnellement, je préfère les pièces plus minimalistes, les œuvres plus calmes et plus conceptuelles. Mais je sais pertinemment que cette tendance reflète exactement ce que recherche la société : le divertissement”. Art Forum dépend beaucoup de sa ville d’accueil. Internationale, Berlin est un des centres majeurs de la création artistique contemporaine. “On s’intéresse beaucoup à Berlin, c’est une ville dans laquelle les artistes et les galeristes continuent à venir s’installer, même de l’étranger... Certains de mes confrères ont trouvé ici le climat idéal pour leur travail, même si les clients ne sont pas encore là. Nous espérons que les collectionneurs arriveront bientôt en masse. Pour voir ou acheter de l’art contemporain, il faut venir à Berlin.” Cette historienne, qui a autrefois travaillé au Musée Ludwig de Cologne et a été conservatrice de la Collection Hoffmann à Berlin, déplore cependant que les musées de la ville manifestent peu d’intérêt pour cet événement. Leurs budgets d’acquisition pour ce type d’œuvres est encore très insuffisant. Si Art Forum Berlin n’a pas été inquiétée par les récents scandales financiers impliquant la ville et la Bankgesellschaft Berlin – principal sponsor de la manifestation –, il y a tout lieu de croire que les prochaines éditions ne bénéficieront pas du soutien de cette banque. Confiante, Sabrina Van Der Ley le reste même lorsqu’il s’agit de la Nouvelle Économie : “Pendant les périodes d’instabilité économique, l’intérêt pour l’art augmente car c’est un investissement sûr... c’est comme acheter des actions. Comme on a pu le constater à la Biennale de Venise, le marché de l’art semble ne pas souffrir de la récession, la situation est stable.” Également lieu de débats, Art Forum Berlin proposera des rencontres à thèmes dont une, “Cities in dialogue”, le 6 octobre, évoquera la relation Paris-Berlin. Y participeront, Jean-Marc Prévost, ancien conservateur du château de Rochechouart et Jérôme Sans, co-directeur du Palais de Tokyo.

- ART FORUM BERLIN, du 3 au 7 octobre, Messegelände, Berlin, tél. 49 30 2809 6390, 12h-20h.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°132 du 14 septembre 2001, avec le titre suivant : L’envol d’Art Forum Berlin

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque