Samedi 24 février 2018

Lénine et Staline à l’épreuve du marché

Par Roxana Azimi · L'ŒIL

Le 19 novembre 2009

Jetée dans les oubliettes de l’histoire avec l’avènement de la perestroïka et la chute du mur de Berlin, la peinture réaliste soviétique tente un retour sur le marché.

Qui dit peinture soviétique pense spontanément aux artistes d’avant-garde comme Kasimir Malevitch, Alexandre Rodtchenko ou Tatlin, aux expériences du suprématisme et du constructivisme. Derrière ces créateurs, révolutionnaires dans tous les sens du terme, se profilent d’autres noms plus obscurs attachés à l’école réaliste soviétique.

Lénine, Mao et les autres
Décriée après l’éclatement de l’ex-empire soviétique, cette peinture de propagande attire depuis peu quelques originaux, comme un groupe de collectionneurs milanais. Les musées russes ont sorti de leurs caves ces reliques du rideau de fer, tandis que le musée Wende de Los Angeles s’est lui aussi spécialisé dans les témoignages de la guerre froide. Si Staline, Lénine, Mao et autres fantômes d’une époque révolue se rappellent à notre bon souvenir, c’est qu’ils restent des figures iconiques pour certains artistes. Les silhouettes d’une blondeur étrange de Norbert Bisky, le surréalisme teinté d’histoire de Neo Rauch ne sont pas non plus étrangers au regain de faveur de cette école. De même, lorsque le collectionneur de Hong-Kong Joseph achète un Mao de Warhol, il se souvient inconsciemment de l’esthétique léchée de la Chine communiste.

    Collectivisation, industrialisation et travail agricole, technologie spatiale et grandes fêtes populaires nourrissent ces toiles destinées à montrer la grandeur de l’Union soviétique. « Tous ces tableaux réintroduisent le mouvement des peintres ambulants qui ont parcouru la Russie pour éduquer les gens par la peinture. Après le Congrès des artistes de 1934, il est clair que les artistes doivent contribuer à l’édification du socialisme », indique le collectionneur Sergio Cusani.

    Héritière de l’impressionnisme, cette peinture a abandonné le chevalet, mais aussi l’idée du dessin préparatoire. La plupart des pièces sont peintes avec une matière épaisse, au couteau, un détail qui les distingue de la technique lisse de mise chez leurs voisins chinois. Les matériaux sont souvent pauvres, les toiles étant composées de sacs de jute cousus les uns aux autres. L’apprêt composé de ciment et d’huiles végétales a fragilisé ces œuvres. Au lendemain de la perestroïka, celles-ci ont été retirées des lieux officiels et roulées sans ménagement dans les caves. De fait, la majorité des œuvres passant sur le marché a fait l’objet de restauration.

Des cotes aléatoires
Bien que réalisées avec des matériaux de fortune, ces œuvres frappent par leur virtuosité. « Il y a de très bons peintres, car l’école russe au  siècle a été très formatrice sur le plan technique. Certains artistes arrivent même à se jouer des canons officiels », remarque Hans van Vliet, codirecteur de la maison de ventes Jeshke-Van Vliet à Berlin. Certains peintres soviétiques s’autorisent, via quelques artifices, une critique subliminale de la terrible réalité soviétique. Ils se démarquent ainsi de la peinture chinoise qui, oubliant exécutions et humiliations de la rééducation, ne donne qu’une vision éthérée du « bonheur » maoïste.

    Ainsi, un tableau illustrant la réforme agraire montre le désespoir d’un propriétaire dépossédé. De quoi donner l’illusion d’un art libre. Certains s’aventurent à laisser derrière la toile leur adresse complète. Les tableaux de propagande sont toutefois plus forts et convaincants dans les années 1960. La qualité décline par la suite, épousant l’essoufflement du régime lui-même.

    Malgré une puissance visuelle et décorative qui dépasse le cadre de la simple harangue politique, le marché reste encore balbutiant. Anonymes ou méconnus, les artistes n’ont pas de cote fixe. Les prix jouent de fait au yoyo, certains tableaux valant 3 000 euros, d’autres 50 000 euros. Pourquoi de tels écarts ? Il n’existe pas de vente jalon sur laquelle on puisse étalonner les tarifs.

Repères

Alexander Nikolaevich Bogdanov (1908-1989)
Né à Kiev, cet artiste et escrimeur chevronné commence à travailler en 1931. Il illustre notamment la montée en puissance de la femme dans la société soviétique.

Mikhail Filippovich Volodin (1912-1987)
Commandant de la Brigade des artistes pendant longtemps, médaillé d’or de la Douma, il a reçu une commande de fresques et de mosaïques pour la ville de Dresde.

Alexandr Filippovich Burak (né en 1921)
Après des études d’ingénieur de 1938 à 1943, ce peintre s’est spécialisé dans les grands paysages industriels.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°619 du 1 décembre 2009, avec le titre suivant : Lénine et Staline à l’épreuve du marché

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque