Lundi 10 décembre 2018

L’embellie de New York vue par deux experts

Le Journal des Arts

Le 30 mai 1997 - 1287 mots

LE SUCCÈS DE LA COLLECTION LOEB ET DES VENTES MODERNES

Cézanne, Madame Cézan­ne au fauteuil jaune, 1888-1890, huile sur toile, 80,5 x 64,5 cm, Christie’s, 12 mai, lot n° 115, coll. Loeb, 21 millions de dollars, est. 15 millions de dollars.
C’est l’une des quatre versions du portrait de son épouse Hortense réalisées par Cézanne en 1888-1890, et selon moi la meilleure. Les prévisions faisaient de ce tableau le lot le plus cher de la semaine. Il a été emporté par le premier marchand d’art de Suisse, Ernst Beyeler, qui doit ouvrir son propre musée à Bâle en octobre prochain. Il semble cependant l’avoir acheté ici pour le compte d’un tiers, et non pour sa collection. Son prix est tout à fait justifié, vu la grande rareté des œuvres de Cézanne encore disponibles. Mais le record pour ce peintre, en vente aux enchères, reste la Nature morte aux pommes. On pense qu’elle est en possession de l’homme d’affaires international Samy Ofer, qui l’aurait acquise pour 26 millions de dollars chez Sotheby’s New York le 11 mai 1993.

Cézanne, Les toits de l’Estaque, 1883-1885, huile sur toile, 60 x 73 cm, Christie’s, 12 mai, lot n° 117, collection Loeb, 11,5 millions de dollars, est. 8-10 millions de dollars.
Avec son atmosphère chatoyante, ce tableau est, dans une certaine mesure, plus intéressant que le portrait de madame Cézanne. Le marchand Bruno Meissner, établi à Zurich, a dû abandonner face à un enchérisseur par téléphone. Le montant de l’adjudication représente un très bon achat.

Degas, Danseuses, pastel sur papier marouflé sur toile, 60,5 x 63,5 cm, 1899, Sothe­by’s, 13 mai, 10 millions de dollars, est. 5-7 millions de dollars.
Ces Danseuses ont dépassé toutes les prévisions, deux enchérisseurs rivalisant par téléphone pour ce pastel admirable, tant du point de vue du rythme que de la couleur.

Klimt, Litzlbergerkeller am Attersee, 1915-1916, huile sur toile, 110,5 x 110,5 cm, coll. Serge Sabarsky, Sotheby’s, 13 mai, 13,4 millions de dollars, est. 5-7 millions de dollars.
Ce superbe paysage qui inspire la méditation a été peint par Klimt vers la fin de sa vie. Il représente le rivage familier du lac d’Attersee où le peintre avait l’habitude de prendre ses quartiers d’été. C’était aussi l’œuvre la plus importante encore en possession de la succession Sabarsky. Cette peinture, remarquable à tous égards, a remporté à juste titre l’enchère la plus élevée de la soirée. Les offres se sont succédé, nombreuses, puis se sont transformées en bataille d’enchères au téléphone pour le compte d’un tiers. Selon des sources émanant de professionnels du marché, il semblerait que l’acquéreur ne soit autre que l’homme d’affaires new-yorkais Ronald Lauder, également président du conseil d’administration du Guggenheim Museum.

Manet, Autoportrait, 1878, huile sur toile, 85,3 x 71 cm, Christie’s, 12 mai, lot n° 107, coll. Loeb, 17 millions de dollars, est. 15 millions de dollars.
Ce portrait mémorable a fait, me semble-t-il, l’objet d’offres sérieuses et constantes de la part de quatre personnes. La rue Mosnier à Paris, acquise 24 millions de dollars par le Getty Museum chez Christie’s à New York le 14 novembre 1989, reste le Manet le plus cher. Toutefois, cet autoportrait à la superbe composition est d’une classe supérieure. Cette œuvre essentielle a obtenu la seconde enchère la plus haute pour une huile de Manet.

Toulouse-Lautrec, Dan­seu­se assise aux bas roses, 1890, peinture à l’essence et pastel sur panneau, 57 x 46,5 cm, Chris­tie’s, 12 mai, lot n° 111, collection Loeb, 13,2 millions de dollars, est. 8-10 millions de dollars.
Parfaitement mérité, le prix record obtenu par ce tableau à l’huile et au pastel, d’une beauté extraordinaire, n’a surpris personne. C’est tout simplement le plus remarquable portrait de danseuse qu’ait peint Toulouse-Lautrec, bien que je préfère pour ma part les sujets de maisons closes. Mais le marché voit les choses autrement et place les compositions avec danseuses au premier plan. Les enchères ont rapidement atteint les 10 millions de dollars, puis un acheteur non identifié s’est engagé dans une lente compétition contre deux enchérisseurs au téléphone, dont l’un a finalement emporté le tableau.


REPRISE DE L’ART CONTEMPORAIN 

Andy Warhol, Big Torn Campbell’s Soup Can (Pepper Pot), 1962, acrylique sur toile, 183 x 137 cm, Christie’s, 7 mai, lot n° 26, 3,2 millions de dollars, est. 1,5-2,5 millions de dollars.
Cette merveilleuse et importante toile révèle la main de l’artiste et nous rappelle sa formation de graphiste. Cette version est hautement expressive, en particulier dans le traitement de la boîte d’aluminium brute qui apparaît sous l’étiquette déchirée. Elle a été peinte en 1962, la même année que la série Soup Can de trente petites toiles que le marchand new-yorkais Irving Blum a vendue 15 millions de dollars au Museum of Modern Art il y a six mois. L’enchère a été portée par téléphone.

Matthew Barney, Trans­sexualis (Decline), installation, 3,65 x 4,26 x 2,59 m, Sothe­by’s, 6-7 mai, coll. Nadal, lot n° 11, 310 000 dollars, est. 100-150 000 dollars.
Des onze lots de la collection Nadal qui ont marqué la soirée, l’importante installation de Matthew Barney, un nom très en vogue dans l’art contemporain, mais exempt de références en ventes publiques, était la plus chère. Elle a été acquise par Anthony d’Offay pour un prix que Barbara Gladstone, le marchand de Barney, n’aurait pas osé demander si elle avait été en vente dans sa galerie. Je suis un admirateur de Barney, et cette version englobe toute la variété de son art : sculpture, vidéo, performance.

David Smith, Family Totem, 1951, acier peint, h. 81 cm, Christie’s, 7 mai, lot n° 6, 370 000 dollars, est. 300-350 000 dollars.
Cette magnifique sculpture, mise en valeur par une superbe patine, est mon œuvre favorite dans cette vente. Elle a été acquise par l’ancien joueur de tennis John McEnroe, aujourd’hui marchand à SoHo.

Bruce Nauman, Large Butt to Butt, 1989, aluminium et fil de fer, 132 x 249 x 122 cm, Sotheby’s, 6-7 mai, collection Nadal, lot n° 5, 270 000 dollars, est. 150-200 000 dollars.
Cette sculpture de Nauman était suspendue dans la salle à manger de Nadal et elle va bien avec un univers d’intérieur. Je préfère ses œuvres uniques en polystyrène expansé et cire, mais cette version en fonte d’aluminium est une parfaite réussite. Son acquéreur, le marchand de SoHo David Zwirmer, l’a payée un prix comparable à celui que l’agent de Nauman, Leo Castelli, lui aurait facturé.

Mark Rothko, N° 19, 1960, huile sur toile, 176 x 175,3 cm, Sothe­by’s, 6 mai, coll. Janss, lot n° 17, 2 millions de dollars, est. 1,8-2,2 millions de dollars.
Les collectionneurs de Rothko se partagent en deux catégories distinctes : ceux qui préfèrent une palette sombre qui "broie du noir", comme dans cette œuvre proposée chez Sotheby’s, et ceux qui sont attirés par les couleurs primaires et lumineuses de celle qui a été mise en vente chez Christie’s. Pace­Wildenstein représente Rothko, et nous aurions demandé les mêmes prix en galerie. Cette huile a été acquise par un acheteur qui n’a pas révélé son identité.

Ellsworth Kelly, Red Blue Green Yellow, 1965, 2 panneaux, huile sur toile, 222 x 137 x 222 cm, Christie’s, 7 mai, lot n° 45, 480 000 dollars, est. 450-650 000 dollars.
Cette extraordinaire huile sur panneau a appartenu à Robert Meyer, qui l’a vendue chez Christie’s le 7 novembre 1989 pour 600 000 dollars. Elle a alors été achetée par un consortium de marchands, Paula Cooper, Margo Leavin et John Berggruen, qui l’ont remise en vente chez Christie’s car ils n’ont pas réussi à lui trouver un acquéreur ces dernières années. Elle est en excellent état, mais l’importance de son panneau au sol a fait hésiter plus d’un collectionneur privé. Une récente étude de la carrière d’Ellsworth Kelly par le Solomon R. Guggenheim Museum a été bien accueillie mais n’a pas entraîné la réévaluation de l’œuvre.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°39 du 30 mai 1997, avec le titre suivant : L’embellie de New York vue par deux experts

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque