Mercredi 24 octobre 2018

Sotheby’s

L’effet collection

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 2 août 2007 - 404 mots

Londres s’emballe pour la collection Bruni-Tedeschi. Succès modéré à Paris pour celle de González-Palacios.

PARIS, LONDRES - Le 29 mars à Paris, l’appartement parisien de l’historien de l’art italien Alvar González-Palacios était dispersé sous le marteau de Sotheby’s avec un succès mitigé puisque le lot phare, La Promenade du pape Pie VII dans les jardins du Quirinal, une toile signée François Marius Granet, estimée 250 000 à 350 000 euros, est restée invendue à 240 000 euros. « Ce lot a un peu plombé les résultats financiers de la vente, mais notre vendeur avait mis le prix fort sur quelques pièces importantes auxquelles il était très attaché », commente Pierre-François Dayot, en charge de la vente. Ainsi sur Le Châtiment d’Oza, un tableau de Giovanni Battista Crosato estimé 280 000 à 350 000 euros, et qui est néanmoins parti à 336 000 euros. Les deux meubles royaux ont prouvé preneurs, soit une table à en-cas en satiné, d’époque Louis XV, estampillée « Criaerd » et une encoignure ouverte d’époque Louis XV par Joubert, respectivement adjugées 55 200 et 60 000 euros. « Nous sommes en moyenne au-dessus des prix d’une vente classique, défend Pierre-François Dayot, avec des enchères incroyables sur des objets de moindre valeur telle une paire de statuettes d’Égyptiens en bronze patiné du début du XIXe siècle, estimée 2 500 euros et emportée pour 34 800 euros. C’est l’effet collection qui joue. »

Passionata
Huit jours plus tôt à Londres, la collection italienne Bruni-Tedeschi a déchaîné les passions, atteignant 12,7 millions de livres sterling (18,8 millions d’euros), soit trois fois son estimation basse et un record pour une collection d’arts décoratifs vendue à Londres chez Sotheby’s. Des records ont été enregistrés pour un lustre néoclassique (669 600 livres, 990 000 euros) ; une console piémontaise (412 000 livres, 610 000 euros) ; une paire de consoles napolitaines (311 200 livres, 460 000 euros) et un lustre piémontais (300 000 livres, 444 000 euros). Le cocktail explosif idéal d’un grand nom et d’une réunion d’objets exceptionnels.

L’APPARTEMENT D’ALVAR GONZ�?LEZ-PALACIOS À PARIS - Expert : Pierre-François Dayot - Résultat : 1,3 million d’euros - Nombre de lots vendus/invendus : 81/40 - Lots vendus : 66,9 - Lots en valeur : 65,8 COLLECTION ALBERTO BRUNI-TEDESCHI - Expert : Mario Tavella - Résultat : 12,7 millions d’euros - Nombre de lots vendus/invendus : 283/13 - Lots vendus : 95,67 % - Lots en valeur : 98,7 %

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°257 du 13 avril 2007, avec le titre suivant : L’effet collection

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque