Dimanche 15 septembre 2019

Expositions

Le Printemps à Saint-Germain

Une quarantaine de galeries specialisées dans le XIXe

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 1 mai 1994 - 377 mots

Une quarantaine de galeries, spécialisées dans l’art du XIXe siècle à nos jours ainsi que dans l’art primitif, l’archéologie et les livres d’art, participeront du 26 au 29 mai à « Découvertes – Redécouvertes », le vernissage collectif de printemps de l’association Saint-Germain des Beaux-Arts.

PARIS - Les galeries, qui "vernissent" le soir du 26 mai à partir de 18h, resteront exceptionnellement ouvertes jusqu’à 19h les trois jours suivants. La remise du Prix Saint-Germain des Beaux-Arts – La Vénus au Violoncelle, une sculpture d’Arman, éditée par l’Hôtel de la Monnaie – aura lieu le 27 à 20 heures à l’Hôtel de la Monnaie de Paris, quai Conti. Deux lauréats – des artistes de moins de quarante ans, n’ayant jamais fait d’exposition personnelle dans une galerie d’art – seront choisis par un jury de dix-sept galeristes, artistes et journalistes parmi une vingtaine de candidats sélectionnés, dont les œuvres seront exposées à l’Hôtel de la Monnaie. Un concert de musique africaine sera également donné dans l’édifice du quai Conti à 20h30, le 28 mai.

Frappés depuis quelques années de plein fouet par la récession, les galeristes du quartier qui se situe autour de la rue de Seine et de la rue Mazarine, du côté sud du boulevard Saint-Germain, ont créé l’Association Saint-Germain des Beaux-Arts en 1987. L’année suivante, pas moins de quatre-vingt-cinq marchands participaient au premier vernissage de printemps.

Cette année, la plupart des galeries montent des one man shows. Vallois, au 36 rue de Seine, montrera des œuvres du peintre d’origine russe, Yuri Kuper, dans une exposition intitulée "Moscou – Hiver 94". La galerie Krief, rue Mazarine, présentera, pour la première fois en France, les peintures d’un artiste danois de 28 ans, Balder Olrik : compositions à l’huile sur des toiles marouflées sur bois. La Bouquinerie de l’Institut, rue de Seine, montrera des œuvres gravées ainsi que des livres illustrés de Braque. La galerie Di Meo, rue des Beaux-Arts, monte une exposition, "Rochers interactifs", de Piero Gilardi – un ensemble de neuf sculptures en polyuréthane, formant un groupe de rochers marins de différentes tailles. Un des créateurs du mouvement d’avant-garde lettriste, Maurice Lemaître, présentera une série de vingt "talismans lettristes" à l’Atelier Napolitano, rue Visconti : des œuvres qui ressemblent aux mandalas tibétains et aux objets protecteurs africains.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°3 du 1 mai 1994, avec le titre suivant : Le Printemps à Saint-Germain

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque