Collections

Le pinceau et la plume

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 25 novembre 2009

La passion pour l’art de deux hommes de lettres, Pierre Leroy et Jean Lescure, livrée aux enchères à Paris

PARIS - Deux collections font leur apparition sur le marché parisien. La première, parcellaire, qui compte quelques œuvres modernes et d’après guerre du bibliophile Pierre Leroy, est proposée chez Sotheby’s à Paris les 8 et 9 décembre. La seconde est la succession d’un autre homme de lettres, Jean Lescure, fervent admirateur des peintres coloristes de la nouvelle école de Paris. Elle sera dispersée à Drouot chez Beaussant Lefèvre le 11 décembre.
    Après avoir cédé deux pans de sa bibliothèque en 2002 et 2007 chez Sotheby’s, Pierre Leroy livre cette fois-ci quelques toiles de sa collection. « Je ne suis pas un collectionneur de tableaux. Mais j’ai une collection de coups de cœur », indique l’amateur dont les goûts en peinture le portent vers l’art du portrait. Ainsi deux œuvres d’Andy Warhol : un petit format représentant Roy Lichtenstein (1967) symbolisant la rencontre de deux monstres sacrés du pop art, estimé 30 000 euros, et le doux Portrait de Jamie Wyeth (1976), estimé 100 000 euros. Réalisé l’année de leur rencontre en 1936, un intense Portrait de Pablo Picasso par Dora Maar est, selon l’expert Thomas Bompard, « certainement le meilleur tableau jamais peint par Dora Maar : Picasso y est représenté tel un dieu maya, le visage animé d’un sourire à la fois tranquille et carnassier, l’œil placide fixant obsessionnellement le spectateur, typique des portraits photographiques de l’époque ». Achetée 52 000 euros en 1998 à Drouot lors de la vente de la succession Dora Maar, à un moment où le marché international n’avait pas pris conscience de l’importance de l’œuvre, la toile est aujourd’hui proposée 120 000 euros – soit la moitié du prix réalisé le 5 juillet 2005 à Paris chez Christie’s par un autre portrait de Picasso peint par Maar de 1938, issu de la collection Patrice Trigano. Notons encore, sur une estimation similaire de 35 000 euros, un Portrait de femme (1954), rare collage de Nicolas de Staël, fruit d’une recherche plastique pour une lithographie, ainsi qu’un des premiers tableaux de Niki de Saint Phalle réalisés au tir à la carabine, Old Master– séance 15 juin (1961), marquant également l’attirance de Pierre Leroy pour les artistes tourmentés. Le collectionneur se concentre à présent sur le travail du peintre Robert Malaval dont il possède une cinquantaine d’œuvres et des archives, en vue de la publication d’un ouvrage.

« Les amis de Jean Lescure »
Ce sont des œuvres des peintres de la nouvelle école de Paris qu’affectionnait tant Jean Lescure, décédé en 2005, que l’on retrouve dans la vente de la succession Lescure. On lui doit de nombreux livres, articles et préfaces sur ces artistes qui ont illustré ses poèmes de leurs gravures ou lithographies, notamment Raoul Ubac, Maurice Estève, Marcel Fiorini, Léon Gischia, Gustave Singier, Zao Wou-ki, Zoran Music… « À côté de prestigieuses signatures comme Zao Wou-ki et Alexander Calder, cet ensemble nous fait redécouvrir des artistes moins connus tels Jean Coulot ou Bruno Pulga que Lescure met notamment en exergue dans le film que lui consacre Martine Lancelot en 1998, Jean Lescure, le poète et la couleur », souligne l’expert Agnès Sevestre-Barbé. Les lots majeurs de la vente incluent un grand et saisissant Portrait de Jean Lescure (1969) par Calder à l’encre et à la gouache, estimé 40 000 euros et ayant servi à illustrer le carton d’invitation de l’exposition « Les amis de Jean Lescure » en 1978 ; la maquette en métal peint du Stabile pour la Faculté des sciences de Jussieu (vers 1963) de Calder ; une Composition en bleu (1965), huile sur toile signée Zao Wou-ki, et La Chute de Lucifer (1951), huile sur toile signée Estève, estimées 60 000 euros chacune. Mais plus d’une centaine de peintures, gouaches et lithographies d’une quarantaine d’artistes de ce mouvement sont accessibles pour quelques centaines et même quelques dizaines d’euros.

COLLECTION PIERRE LEROY, vente les 8 et 9 décembre à la galerie Charpentier, Sotheby’s, 76, rue du Faubourg-Saint-Honoré, 75008 Paris, tél. 01 53 05 53 05 ; exposition publique : le 4 décembre 12h-18h, les 5 et 7 décembre 10h-18h et le 8 décembre 10h-14h, www.sothebys.com

COLLECTION JEAN LESCURE,, vente le 11 décembre à Drouot, 9, rue Drouot, 75009 Paris, SVV Beaussant Lefèvre, tél. 01 47 70 40 00 ; exposition publique : le 10 décembre 11h-18h et le 11 décembre 11h-12h, www.beaussant-lefevre.com

LEROY
Experts, : Thomas Bompard et Grégoire Billault
Estimation, : 500 000 euros
Nombre de lots, : 8

LESCURE
Experts, : Amaury de Louvencourt et Agnès Sevestre-Barbé
Estimation, : 500 000 euros
Nombre de lots, : 170

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°314 du 27 novembre 2009, avec le titre suivant : Le pinceau et la plume

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque