Vendredi 19 octobre 2018

Le musée privé de Moore

La fille de l’artiste vend sa collection chez Sotheby’s

Le Journal des Arts

Le 2 mai 1997 - 510 mots

Quarante-quatre pièces provenant de la collection particulière de Henry Moore seront dispersées les 13 et 14 mai chez Sotheby’s à New York. Mis en vente par sa fille Mary, cet ensemble de peintures et dessins de Cézanne, Degas, Millet, Seurat et Corot sera mis en vente avec six dessins et huit sculptures de Moore, dont Reclining Figure, estimé 2 à 3 millions de dollars.

NEW YORK. "C’était un véritable petit musée, une sorte de laboratoire pédagogique où des œuvres d’art précolombien côtoyaient des vases grecs, des pièces médiévales et des peintures modernes. Pour la fille d’artiste que j’étais, c’était merveilleux de voir son père rester à la maison pour travailler, et c’est à ce professeur sévère que je dois d’avoir reçu d’extraordinaires leçons sur l’art africain comme sur Vuillard." C’est en ces termes que Mary, la fille du sculpteur Henry Moore, se souvient du saint des saints de l’atelier paternel, dans leur propriété du Hertfordshire. L’intérêt de la vente portera surtout sur le noyau moderne de la collection. La pièce la plus remarquable est un Degas, daté entre 1896 et 1899. Cette Femme se coiffant qui, selon David Breuer-Weil, est un bon exemple de la manière dont Degas parvenait à insuffler une extraordinaire sensualité aux gestes les plus humbles de la vie quotidienne, est estimée entre 500 000 et 700 000 dollars. De Seurat, qui fut un modèle pour Moore lors de ses recherches graphiques, un monochrome intitulé Les Deux charrettes  (vers 1883) correspond à une démarche pré-abstraite ; il est évalué entre 300 000 et 400 000 dollars. Traitée en clair-obscur à la craie noire sur papier, La Barat­teuse de Millet a été exécutée dans les environs de Barbizon entre 1852 et 1857 (estimation entre 250 000 et 350 000 dollars). Deux aquarelles de Daumier, sur le thème de la justice cher à l’artiste, sont évaluées, pour le Banc des avocats entre 90 000 et 120 000 dollars, et pour l’Interrogation entre 70 000 et 90 000 dollars. Outre plusieurs autres œuvres du XIXe siècle français – parmi lesquelles des peintures de Corot et de Cézanne –, six dessins et quatre sculptures de Henry Moore seront mis en vente. Estimée 80 000 à 100 000 dollars, la sculpture la plus étonnante, Three Bathers - After Cézanne est inspirée des Trois Baigneuses de Cézanne, également dans la collection de Moore ; le tableau est lui estimé 1,7 à 2,2 millions de dollars. Mask, la sculpture la plus ancienne, date de 1927. Malgré ses dimensions (à peine plus de 20 cm de haut), elle donne une impression très nette de monumentalité, aussi est-elle estimée entre 100 000 et 150 000 dollars. Reclining Figure, en revanche, a des proportions plus imposantes (1,75 m) et une estimation de taille : 2 à 3 millions de dollars. Ce personnage couché est exécuté dans un marbre extrait des carrières de Carrare et sculpté sur place. Le modèle, cette fois, n’est autre que Michel-Ange, auquel Moore portait, de son propre aveu, "un intérêt obsessionnel depuis sa jeunesse", et qu’il tenait, sans hésiter, pour "un surhomme absolu".

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°37 du 2 mai 1997, avec le titre suivant : Le musée privé de Moore

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque