Dimanche 16 décembre 2018

Le « Mermoz » à l’encan

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 30 septembre 2009 - 240 mots

MARSEILLE - Le 10 octobre à Marseille, Damien Leclere dispersera le contenu du paquebot Mermoz, démantelé l’an dernier à Alang (Inde).

« Les Marseillais sont très attachés à ce paquebot. Surnommé le “petit France”, cet ex-fleuron de la compagnie marseillaise Paquet rappelle l’âge d’or des croisières. Depuis que la vente a été annoncée en juin, nous avons eu beaucoup de demandes », indique le commissaire-priseur. Près de 300 lots sont à saisir à des prix attractifs correspondant à la cote des objets de marine, sans prise en compte d’un probable effet de provenance. Parmi les instruments de navigation, notons un compas de route (est. 5 500 euros), et des indicateurs d’ordre bâbord et tribord (est. 2 500 à 7 000 euros pièce), en laiton et acajou, ainsi que deux compas magnétiques à piétement en laiton (est. 3 500 euros chacun). Parions sur le succès du mobilier en acajou, à l’instar d’une grande commode à onze tiroirs, ancien hôte du salon Astrolabe du pont Bahamas (est. 3 000 euros) ; d’une grande et d’une petite armoire à fanions en provenance de la timonerie et de la passerelle (est. 1 000 euros pièce), ou encore de coffres de pont (est. 900 euros l’unité) prévus à l’origine pour le rangement de neuf gilets de sauvetage. Signalons encore 52 chaises tulipe d’Eero Saarinen (éd. Knoll des années 1950), proposées par lot de six pour 1 200 euros.

Rens. 04 91 50 00 00, www.leclere-mdv.com

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°310 du 2 octobre 2009, avec le titre suivant : Le « Mermoz » à l’encan

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque