Vendredi 19 octobre 2018

Le meilleur d’Henri Vever

Vente de ses deux cents dernières estampes

Le Journal des Arts

Le 10 octobre 1997 - 209 mots

Les deux cents dernières estampes japonaises de la collection Henri Vever seront mises en vente par ses héritiers le 30 octobre, chez Sotheby’s à Londres. Parmi les pièces proposées, plusieurs œuvres des plus grands maîtres : Torii Kiyomasu I, Kaigetsudo Dohan, Suzuki Harunobu, Kitagawa Utamaro, Toshusai Sharaku, Katsushika Hokusai et Ichiryusai Hiroshige.

LONDRES. Bijoutier parisien de la fin du siècle dernier, Henri Vever était aussi un collectionneur passionné. Parmi les acquisitions de cet amateur, décédé en 1943, une remarquable collection d’estampes japonaises qui fit l’objet, après sa mort, d’un ouvrage en trois volumes. Dans les années soixante-dix, ses héritiers décidèrent avec l’aide de Jack Hillier, expert re­nommé de Sotheby’s, de mettre en vente une partie des œuvres et de ne conserver que les deux cents pièces les plus remarquables. Ces rares estampes seront dispersées le 30 octobre, au nombre desquelles cette œuvre de Torii Kiyomasu I (vers 1697-1720) – l’une des plus anciennes de la collection – représentant une courtisane et estimée 30 000 à 35 000 livres, ou encore Les pêcheurs d’Awabi par Utamaro, l’une des estampes japonaises les plus connues, estimée 180 000 à 220 000 livres. Onze estampes de Toshusai Sharaku représentant des acteurs de kabuki seront également proposées entre 200 000 et 250 000 livres.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°45 du 10 octobre 1997, avec le titre suivant : Le meilleur d’Henri Vever

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque