Mercredi 28 octobre 2020

Design

Le design à l’épreuve de la crise

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 15 avril 2009 - 699 mots

Phillips de Pury & Company organise fin avril la plus importante vente de design depuis l’effondrement des marchés boursiers.

LONDRES - La maison Phillips de Pury & Co présentera le 30 avril à Londres une vente de design de prestige axée sur le cutting edge (la création ultra-contemporaine), son créneau. Le marché du design, très prisé par les collectionneurs d’art contemporain depuis trois ou quatre ans, subit-il aujourd’hui la même décote que l’art contemporain en temps de crise ? Chez Christie’s le 7 avril à Londres, la vente d’arts décoratifs et de design de la saison avait, faute de marchandises, des allures de vente intermédiaire ; elle a connu un succès très relatif. Le lot vedette, une commode Pod of Drawers (1987) de Marc Newson, en fibre de verre et plaques d’aluminium rivetées, éditée à 10 exemplaires et réalisée en 1999, était estimée au prix cadeau de 150 000 livres sterling. Elle est partie à 361 250 livres (400 000 euros), un montant modique si l’on se réfère à l’état du marché avant septembre 2008. Un autre exemplaire de ce meuble s’était vendu un peu plus d’un million de dollars (770 000 euros) le 16 mai 2007 à New York chez Christie’s.
Phillips s’emploie à rassurer les amateurs pour sa vente, avec un effet d’annonce porté par un slogan dans l’air du temps : « inédit sur le marché londonien ». La sélection des lots proposés chez Phillips est exceptionnelle compte tenu de l’attentisme des vendeurs. À quel prix la maison de ventes a-t-elle réussi cette prouesse ? On sait que Phillips pratique souvent une politique de surenchères des estimations pour décrocher des affaires face à ses puissants concurrents anglo-saxons. « Les estimations sont attractives », répond Alexander Payne, directeur du département design de Phillips. Pièce vedette de la vacation, l’une des quatre épreuves d’artiste de la Lockheed Lounge LC1 (1985) de Marc Newson, chaise longue en fibre de verre et plaques d’aluminium rivetées éditée par la suite à 10 exemplaires, est estimée 500 000 à 700 000 livres sterling. Pour fixer son estimation, l’expert s’est fondé sur le prix de la dernière Lockheed Lounge passée en vente publique, soit 748 500 dollars le 14 octobre 2007 à Londres chez Christie’s. Une table Black Aqua (2006) d’une édition de 12 par Zaha Hadid, est estimée 80 000 à 120 000 livres. « Un prototype de cette table fabriquée par Established & Sons a été adjugé 296 000 dollars chez nous le 8 décembre 2005 à New York », rappelle Alexander Payne. Parmi les autres temps forts de la vente, figure un fauteuil Blo-Void 4 (2006) de Ron Arad, estimé 100 000 à 150 000 livres ; une table Cinderella (2005) de Jeroen Verhoeven, estimée 80 000 à 120 000 livres, et une table de la série Smoke (2008) de Maarten Baas, éditée à 5 exemplaires et estimée 12 000 livres sterling. Ce sont des prévisions optimistes si l’on se rapporte aux résultats de la vente parisienne du 6 avril à Drouot chez Camard. Un siège Blo-Void 6 (2006) de Ron Arad s’y est en effet vendu 50 800 euros ; un des 20 exemplaires de la table Cinderella (2005) de Verhoeven est parti à 86 750 euros tandis qu’un ventilateur monumental de la série Clay (2007) signée Baas a trouvé preneur à 8 700 euros.
La vente Phillips comprend également un siège en acier poli Big Easy Volume II (1988) de Ron Arad (estimé 50 000 livres sterling) et un fauteuil Sensory Deprivation Skull (2007) de l’Atelier Van Lieshout (est. 30 000 livres). Et, pour la première fois, Phillips a réuni une intéressante section de mobilier et céramiques scandinaves, incluant notamment une rare et importante chaise longue Dolphin (1950) de Hans Wegner (est. 60 000 livres) ou encore une rare applique à quatre bras de lumière de la fin des années 1940 de Paavo Tynell (est. 30 000 livres).

DESIGN, vente le 30 avril à Londres, Phillips de Pury & Company, Howick Place, Londres ; exposition publique : du 24 au 30 avril 10h-18h, rens. 44 20 7318 4067, www.phillipsdepury.com

DESIGN
Expert : Alexander Payne
Estimation : 2 à 2,8 millions de livres sterling
Nombre de lots : 168

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°301 du 17 avril 2009, avec le titre suivant : Le design à l’épreuve de la crise

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque