Samedi 24 février 2018

Le coup de cœur de Alain de Monbrison, antiquaire

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 17 septembre 2009

Nous demandons chaque quinzaine à un marchand de nous présenter l’objet de sa galerie – simple ou précieux – qui lui tient le plus à cœur, en nous expliquant pourquoi.

Alain de Monbrison, spécialiste des arts primitifs, a été séduit par cette statue Holo provenant de la région Kwango, au Zaïre. Liées au culte des ancêtres, ces statuettes étaient placées dans de petits sanctuaires, à proximité des habitations. Issue de l’ancienne collection Joseph Corneille Van den Boe­gaerde, cette œuvre mystérieuse du XIXe siècle est pour lui “un magnifique témoignage du caractère éminemment spirituel de l’art africain”. Haute de 71 cm, oubliant les contraintes de la matière – le bois se plie en une succession d’inflexions souples et naturalistes –, elle est ”toute entière courbée dans une méditation qui envahit ses volumes”. Elle est intériorité et recueil­lement. Alliées à un esthétisme certain, ces raisons justifient son prix de 350 000 francs.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°48 du 21 novembre 1997, avec le titre suivant : Le coup de cœur de Alain de Monbrison, antiquaire

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque