Dimanche 25 février 2018

Purisme

Le Corbusier, artiste pluriel

Par Maureen Marozeau · Le Journal des Arts

Le 26 septembre 2007

Après la FIAC, la Galerie Zlotowski entend réhabiliter l’œuvre graphique de l’architecte.

PARIS - Charles Édouard Jeanneret (1887-1965), alias Le Corbusier, reste méconnu en tant que dessinateur. Éric Mouchet et Michel Zlotowski ont patiemment réuni une sélection de ses œuvres sur papier, dans une exposition qui fait découvrir un autre pan de la production artistique de l’architecte. Une soixantaine de gouaches, pastels, dessins, aquarelles et collages de toutes les périodes témoignent d’un enthousiasme créatif ne se limitant à aucun médium. Les thèmes sont, en revanche, récurrents ; l’accrochage en met trois en valeur : le purisme, la femme et les taureaux.
Forts du succès de l’ensemble présenté à la FIAC en octobre, les galeristes de la rue de Seine ont dû renouveler leur stock. Une vingtaine d’œuvres ont en effet déjà trouvé preneurs auprès d’une clientèle majoritairement européenne – les Suisses sont en bonne place –, et Michel Zlotowski de remarquer l’ouverture progressive du cercle des amateurs de Le Corbusier, traditionnellement restreint au monde de l’architecture. Du côté des institutions, l’artiste est peu représenté dans les collections nationales, aussi l’acquisition par le Centre Pompidou à l’occasion de l’exposition d’un dessin architectural (Projet pour l’atelier d’art de la Chaux-de-Fonds, 1910) revêt-elle un caractère particulier. Ces dessins, normalement indissociables des archives des projets architecturaux, sont très prisés car très rares sur le marché. Réalisés dans les années 1920 en réaction aux « dérives esthétisantes » du cubisme, les dessins puristes, importants sur le plan de l’histoire de l’art, sont tout aussi rares et onéreux mais difficiles à vendre car souvent très sobres. La Nature morte puriste verticale (1922) révèle pourtant l’une des méthodes de composition de l’artiste, qui superposait des esquisses exécutées sur le très fin « papier pelure » ; dénuée de toute perspective, cette gouache joue sur les transparences. L’artiste mise sur la couleur et, d’une masse compacte, fait apparaître un enchevêtrement de bouteilles, carafes, verres, avec, en arrière-plan, une contrebasse. Les objets s’imbriquent les uns dans les autres, suivant la logique d’un esprit habitué à manipuler l’espace.

Courbes et rondeurs
Cette organisation spatiale laisse augurer de la pratique du « mariage des contours », propre à Le Corbusier, où les formes s’épousent, une seule ligne délimitant deux entités ; une recherche d’équilibre, pour Éric Mouchet, typiquement architecturale. Le dessinateur a visiblement trouvé dans le corps féminin « l’objet » idéal pour un tel exercice de style, comme en témoigne Quatre femmes, un dessin au pastel lavé et à l’encre de 1933.
Dès les années 1930, la rondeur et la courbe remplacent la sobriété géométrique du purisme, à l’image de cette Danseuse (1953) à la posture indienne, « qui apparaît dès 1932 dans une quantité d’esquisses et dans trois tableaux » et que le sculpteur Joseph Savina exécutera en trois dimensions en 1954.
La période new-yorkaise de l’architecte, appelé à Manhattan dans le cadre du projet d’un bâtiment pour les Nations unies en 1947, se distingue quant à elle par la vivacité et la richesse de ses couleurs. Vient ensuite la thématique du taureau à partir des années 1950, inspirée, non de la tauromachie comme chez Pablo Picasso, mais par « les racines et les galets des Pyrénées ». Ici, le Taureau XII (1955-1956) apparaît tour à tour à la mine de plomb, au pastel et fusain, aux crayons de couleur ou sous forme de collage. L’exposition révèle alors toute la pluralité de l’œuvre du Corbusier. La récurrence des thèmes et des compositions déclinées au fil des médias met en exergue la spontanéité de l’architecte et son incessante recherche intellectuelle.
Selon Michel Zlotowski, le désaveu dont souffre Le Corbusier serait lié à ses orientations politiques dans les années 1930, avec l’esquisse de quelques projets pour Moscou, notamment le palais des Soviets. « Ses détracteurs ont toujours trouvé de bonnes raisons de le rejeter », déplore le galeriste. Le recul historique et cette exposition contribueront-ils à la réhabilitation de l’achitecte et fiévreux dessinateur ?

LE CORBUSIER 1887-1965

Jusqu’au 29 janvier, Galerie Zlotowski, 20, rue de Seine, 75006 Paris, tél. 01 43 25 48 50, www.galeriezlotowski.fr, tlj. sauf dimanche et lundi 10h30-13h et 14h-19h. Catalogue édité par la galerie, 64 p., 60 ill. couleur.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°206 du 7 janvier 2005, avec le titre suivant : Le Corbusier, artiste pluriel

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque