Samedi 24 février 2018

L’Asie à Londres

Trois journées chez Christie’s, une semaine chez Sotheby’s

Le Journal des Arts

Le 5 décembre 2008

Pour la première fois, Sotheby’s organisera à Londres, du 12 au 18 juin, une semaine entièrement consacrée à l’art asiatique mais où ne devrait cependant figurer aucune pièce exceptionnelle. Christie’s, de son côté, mise sur trois journées, les 8, 15 et 16 juin, pour ses dispersions d’art chinois et japonais. La vacation du 15 juin comprendra quelques pièces spectaculaires d’art samouraï.

LONDRES (de notre corres­pon­­dante) - Au programme des ventes organisées par Sotheby’s, du 12 au 18 juin, figurent des objets d’art chinois et japonais, des textiles orientaux, ainsi que des tableaux de l’Inde et de l’Asie du Sud-Est. Il ne s’agit pour l’instant que d’une opération de marketing, sans aucun changement dans l’organisation des ventes, ni aucune présentation de collection majeure ou de pièces maîtresses. Les salles seront décorées de bannières et de bambous, et plusieurs réceptions devraient permettre de séduire davantage les clients.

Londres a toujours été le principal centre d’exportation de la porcelaine chinoise, très prisée des collectionneurs européens. La pièce vedette de la vente du 17 juin est un service de table en porcelaine de 155 pièces, estimé 150-200 000 li­vres sterling (1,5-2 millions de francs). La vacation du 16 juin proposera quelques pièces importantes, comme ce cheval Fereghan de la dynastie Tang modestement estimé 200-300 000 livres (2-3 millions de francs), ou un ensemble d’ivoires d’une collection européenne privée comportant des paravents de table et des sceaux. Le prix des céramiques funéraires a considérablement chuté depuis 1989, lorsque le cheval Tang du British Rail Pension Fund partait à 3,4 millions de livres (34 millions de francs). Les Japonais ont disparu du marché, et cette série de ventes devrait permettre de juger la façon dont se comporte la place londonienne en leur absence.

Christie’s organisera le 8 juin ses ventes d’art chinois et, le 16, celles d’art japonais. L’auctioneer devrait faire sensation lors d’une vacation spectaculaire consacrée, le 15 juin, à l’art des samouraïs. Les armes et armures de ces guerriers de la société féodale sont d’ordinaire surtout recherchées par les Japonais. Cette dispersion, annoncée avec force publicité, pourrait toutefois intéresser les décorateurs d’intérieur prêts à se laisser séduire par 25 armures de samouraï complètes, entre 3 et 5 000 livres (30-50 000 francs). D’autres trésors seront dispersés, tels ces archer et lancier en bronze massif hauts de 1,80 m, estimés 60-80 000 livres (600-800 000 francs), ou encore une paire de paravents en laque représentant la Bataille du pont d’Uji, l’une des plus célèbres victoires des samouraïs, (1184), estimée 70-80 000 livres (700-800 000 francs).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°62 du 5 juin 1998, avec le titre suivant : L’Asie à Londres

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque