Dimanche 18 février 2018

Londres

L’Antiques Fair s’ouvre au contemporain

Le Journal des Arts

Le 11 juin 2010

On y verra pour la première fois de l’art contemporain.

LONDRES - L’"Antiques Fair" de Grosvenor House, créée il y a 60?ans, change de nom et s’appelle désormais : "Antiques Art Fair" (foire d’art et d’antiquités). L’introduction de "Art" signifie que la date limite de 1914 pour les œuvres exposées est abolie, et que l’évènement peut désormais être comparé à d’autres foires importantes telles que la Foire des beaux-arts de Maastricht et l’Exposition internationale des marchands d’art et d’antiquités à New York.

Cela fait plusieurs années que ce projet de changement fait l’objet de discussions et reçoit un soutien unanime des exposants : l’image et l’approche traditionnelle de cette foire – cela ne fait pas si longtemps que les objets postérieurs à 1830 sont autorisés – rendaient nécessaire cette ouverture. Le comité de programmation (Forward Planning Committee) qui a fait accepter ce changement, comprend William Agnew, Elaine Dean de l’Association britannique des marchands d’antiquités, George Levey, David Pettifer, Olga Polizzi (coprésidente de la foire avec David Pettifer), et Alison Vaissière. Le décorateur George Carter a créé un nouveau cadre, ponctué de colonnes toscanes, offrant aux visiteurs de la galerie supérieure une vue plongeante sur les stands.

Grosvenor House, soixantième anniversaire de l’Antiques Fair
L’Association des marchands d’antiquités britanniques, BADA, autrefois organisatrice de la foire et encore responsable des procédures de sélection, célèbre le soixantième anniversaire de Grosvenor avec une exposition d’importantes pièces de joaillerie du XVIIe au XXe siècles. Parmi celles-ci, une ceinture de femme avec des diamants taillés, dans une monture en or et émail (v. 1630), du Victoria and Albert Museum, une ceinture du XVIIIe siècle des Habsbourg imitant du brocart à fleurs, prêté par le bijoutier londonien S. J. Phillips. Sera aussi présenté Gimcrack with John Pratt, up on Newmarket Heath de George Stubbs, l’un des trois portraits du cheval Gimcrack ; ce tableau, aujourd’hui au musée Fitzwilliam, était autrefois dans la collection du premier comte de Grosvenor.

La famille royale prêtera une table Weisweiler appartenant à S. M. la Reine, et une paire de fauteuils en bois doré attribués à Chippendale, de la collection de la Reine-mère.

Quatre-vingt-onze marchands participent à la foire – un de plus que l’an dernier –, et de nouveaux venus étofferont des secteurs jusque-là peu représentés, comme les marchands d’estampes londoniens Andrew Edmunds, Christopher Mendez et William Weston, ainsi que le marchand de sculptures Joanna Barnes. Le stand de M. Mendez comprendra une estampe rare de Stubbs intitulée A Foxhound on the Scent, dont il n’existe que cinq exemplaires ; William Weston exposera des estampes des XIXe et XXe siècles, dont une lithographie de Matisse de 1926, Nu assis, bras gauche sur la tête, de la collection Petiet.

Quatre exposants (Spink and Son, Sydney L. Moss, Stair and Company et Hotspur) participent à la foire depuis soixante ans. Spink and Son présente un ensemble de pièces qui reflètent les activités de ses différents départements : une aquarelle de John Martin représentant une ville classique des années 1830, A Highland Glen de Landseer, qui montre l’intérêt continu du marché de l’art londonien pour l’œuvre de cet artiste, et London Garden d’Ivon Hitchens, 1933. L’art de l’Asie du Sud-Est est représenté par une statuette du poète Milarepa (Tibet, XVIe siècle), et par un bronze doré symbolisant Samjneya, gardien du Nord : assis sur un cheval sellé, il tient une mangouste dans sa main gauche et un lotus dans sa main droite.

On pourra voir des meubles européens. Mallett, de la maison Bourdon, montre une paire de chandeliers Louis XVI en bronze doré dessinés par Delafosse, datant de 1775 environ, provenant de la collection Givenchy. Au stand du magasin Mallett de Bond Street, une bibliothèque anglo-indienne du XVIIIe siècle finement marquetée. Fabriquée à Vizagapatam autour de 1740, elle est entièrement ornée de motifs floraux en ivoire gravé incrustré dans le teck.

Le stand de Bernheimer expose un secrétaire dos d’âne, du milieu du XVIIIe siècle, avec une estampille de RVLC. Le stand d’Yves Mikaeloff présente un bureau plat datant de 1765-70 environ, qui porte la marque de l’ébéniste Montigny, et un tapis d’Aubusson de la fin du XVIIIe siècle, orné de griffons et d’arabesques d’inspiration classique. Ariane Dandois expose des meubles suédois, italiens et allemands (XVIIIe et XIXe siècles) et des objets d’art russes, suédois et français.

L’influence de Pugin
Certains marchands se sont inspirés du Pugin, qui fait actuellement l’objet d’une exposition au Victoria and Albert Museum, et dont l’influence sur les fabricants de meubles est développée par Clive Wainwright dans un des essais du catalogue. H. Blairman and Sons Ltd expose une des deux chaises en acajou doré de Pugin, conçues pour la Chambre des Lords autour de 1846-47. Agnew’s expose une aquarelle de Turner, Gosport : the Entrance to Portsmouth Harbour, de 1829 environ, qui a appartenu à Ruskin ; et deux vues de Venise de Guardi des années 1780 : Le Grand Canal et L’Île de San Cristoforo della Pace, à Murano.

Whitfield Fine Art présente un Caprice romain de Panini de 1739, récemment redécouvert. Richard Green expose une Vue des ruines de la cathédrale d’Olinda, au Brésil, de Frans Post. Dans le stand de Johnny van Haeften, spécialiste de l’art flamand et néerlandais, se trouve The Birdnester de Pieter Brueghel le Jeune. Newhouse Galleries Inc. propose A Winter Scene with Kolf Players on Ice de Aert van der Neer, ayant appartenu au quatrième duc de Beaufort.

Maggs Brothers célèbrera l’anniversaire de la naissance de Kipling avec une édition complète de Sussex Edition, l’un des 525 ensembles comprenant 35 volumes signés par l’auteur.

Antiques Art Fair, Londres, Grosvenor House, 9 au 18 juin.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°4 du 1 juin 1994, avec le titre suivant : L’Antiques Fair s’ouvre au contemporain

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque