Mardi 11 décembre 2018

L’actualité des galeries - mars 2017

L'ŒIL

Le 17 février 2017 - 857 mots

À Paris, en régions et dans le monde,
les expositions à voir dans les galeries et chez les antiquaires.

Dina Vierny
Galerie Dina Vierny – Paris-6e
Jusqu’au 24 mars 2017
Muse attitrée du sculpteur Maillol, Dina Vierny fut également, dès 1947, une galeriste parisienne au regard hors pair qui sut déceler les talents des grands peintres de l’abstraction ou de la figuration. Son fils et successeur, Olivier Lorquin, revient sur 70 ans de conviction à travers une large sélection d’œuvres, dont une composition de 1955 de Serge Poliakoff (600 000 euros), un grand format du peintre Ra’anan Levy (35 000 euros) ou une photographie de Frank Horvat (5 500 euros).
« 70 ans déjà », Galerie Dina Vierny, 36, rue Jacob, Paris-6e
www.facebook.com/galeriedinavierny

Aurélie Romanacce


Mireille Glodek-Miailhe 
Galerie Antoine Villeneuve
Jusqu’au 22 avril 2017
Fidèle à sa démarche de faire redécouvrir des artistes de la seconde moitié du XXe siècle, Antoine Villeneuve met sur le devant de la scène l’autodidacte Mireille Glodek-Miailhe (1921-2010). Regroupant une trentaine de peintures des années 1970 et 1980 alternant les genres, cet événement donne à voir une œuvre gourmande, inspirée par Matisse, qui ne s’interdisait aucun sujet. À la question « Que préférez-vous peindre ? », l’artiste répondait : « Tout. » Ça se voit. Les prix des huiles vont de 750 à 10 000 euros.
« Mireille Glodek-Miailhe », Galerie Antoine Villeneuve, 25, rue de Beaune, Paris-7e
www.galerieantoinevilleneuve.com

Vincent Delaury

Stéphane Bordarier 
Galerie Jean Fournier – Paris-7e
Jusqu’au 4 mars 2017
Pour sa quatorzième exposition personnelle à la galerie, Stéphane Bordarier montre une douzaine de compositions abstraites (onze toiles et une peinture sur papier), où l’on voit apparaître un élément nouveau : l’utilisation de l’oxyde rouge. Ses aplats monochromes, semblant comme découpés – il affirme le geste du peintre –, jouent subtilement avec la question du support, notamment les limites du cadre. Les prix des œuvres vont de 3 500 à 19 000 euros.
« Stéphane Bordarier », Galerie Jean Fournier, 22, rue du Bac, Paris-7e
www.galerie-jeanfournier.com

Vincent Delaury

Pat Andrea
Galerie Laurent Strouk – Paris-8e
Du 24 février au 26 mars 2017
Peintre néerlandais à l’univers tourmenté, Pat Andrea (né en 1942) met en scène avec virtuosité ses obsessions pour le sexe, la violence et la mort autour de huis-clos domestiques dominés par des femmes altières et grimaçantes. Laurent Strouk, sensible au travail de l’artiste depuis de nombreuses années, a choisi de mettre en lumière le travail du peintre en exposant une quarantaine d’œuvres récentes. Un mur entier consacré aux dessins petit format (60 x 80 cm) de l’artiste à partir de 5 000 euros, ainsi que des toiles grand format (60 x 80 cm) jusqu’à 60 000 euros occupent la totalité de l’espace de la galerie. À cette occasion, un catalogue d’exposition est également édité.
« Pat Andrea, Trivial Poetry », Galerie Laurent Strouk, 2, avenue Matignon, Paris-8e
www.laurentstrouk.com

Aurélie Romanacce

Jean Peyrissac
Galerie Antoine Laurentin – Paris-7e
Jusqu’au 4 mars 2017
Fort du succès des deux précédentes expositions (2009 et 2012), Antoine Laurentin consacre un troisième accrochage à Jean Peyrissac (1895-1974), plasticien visionnaire qui participa grandement, en France, au développement de l’art abstrait dans les années 1920. Pour l’occasion, nous est proposé un très bel ensemble de pièces en deux et trois dimensions où son goût marqué pour le rendu du mouvement, imprégné par l’héritage cubiste et surréaliste, ouvre clairement la voie aux mobiles de Calder (compter 2 800 à 18 000 euros pour les feuilles et 15 000 à 35 000 euros pour les sculptures).
« Jean Peyrissac », Galerie Antoine Laurentin, 23, quai Voltaire, Paris-7e
www.galerie-laurentin.com

Vincent Delaury

Bernard Dufour
Galerie Zürcher – Paris-3e
Du 11 au 24 mars 2017
C’est un bien funeste hommage à Bernard Dufour que s’apprête à rendre la Galerie Zürcher après la disparition brutale de son fondateur Bernard Zürcher, le 16 janvier dernier. Pour marquer les 25 ans de la galerie, le galeriste avait souhaité présenter le travail de Bernard Dufour (1922-2016), peintre des « nus et figures », qui a inspiré le personnage du film La Belle Noiseuse de Jacques Rivette. Grâce au prêt d’un couple de collectionneurs, l’exposition qui « a été faite comme un bouquet, avec les fleurs qu’on a trouvées », écrivait Bernard Zürcher, présente une vingtaine d’œuvres de 1954 à 1990. Le prix des tableaux varie entre 3 000 et 20 000 euros pour des formats allant de 22 x 27 cm à 162 x 130 cm. En parallèle, deux salles seront consacrées aux artistes que Bernard Zürcher s’est attaché à défendre tout au long de sa vie, comme Marc Desgrandchamps, David Lefebvre ou Wang Keping.
« 25 ans de la Galerie Zürcher. Bernard Dufour, Nus et figures, 1954-1990 », Galerie Zürcher, 56, rue Chapon, Paris-3e
www.galeriezurcher.com

Aurélie Romanacce

Daniel Clowes
Galerie Martel – Paris-10e
Jusqu’au 11 mars 2017
Étonnamment, Daniel Clowes, figure majeure de la bande dessinée indépendante américaine, n’avait encore jamais exposé en Europe. C’est désormais chose faite grâce à la Galerie Martel qui, profitant de la sortie récente de son album Patience (Cornélius), livre-somme d’un auteur de 55 ans revenant sur trente ans de carrière, dévoile une quarantaine d’originaux qui vont des planches de BD aux illustrations pour la presse, dont The New Yorker, via l’esquisse préparatoire pour Ghost World, film qui le révéla au grand public en 2001. Les prix des pièces oscillent entre 1 500 et 20 000 euros.
« Daniel Clowes », Galerie Martel, 17, rue Martel, Paris-10e
www.galeriemartel.com

Vincent Delaury
 

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°699 du 1 mars 2017, avec le titre suivant : L’actualité des galeries - mars 2017

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque