Mardi 11 décembre 2018

L’actualité des galeries - mai 2017

L'ŒIL

Le 18 avril 2017 - 878 mots

À Paris, en régions et dans le monde, les expositions à voir dans les galeries et chez les antiquaires.

Julian Schnabel
Galerie Daniel Templon - Paris-3e - jusqu’au 13 mai 2017
Davantage identifié pour son film Basquiat que pour ses peintures, Julian Schnabel est pourtant artiste avant d’être cinéaste. La Galerie Templon le rappelle en montrant une série inédite en France, Shiva Paintings, réalisée entre 2007 et 2011. Dans un style néo-expressionniste décapant, Julian Schnabel intervient sur l’image sérigraphiée de la déesse hindoue pour confronter l’Orient et l’Occident dans une pulsion créatrice. Compter entre 190 000 et 235 000 euros.
« Julian Schnabel. Shiva Paintings » Galerie Daniel Templon, 30, rue Beaubourg, Paris-3e
www.danieltemplon.com 

Aurélie Romanacce


Marc Trivier
Galerie Bernard Bouche - Paris-3e - jusqu’au 13 mai 2017
Marc Trivier se livre peu et ses expositions sont rares. La quinzaine de photo-graphies présentées en ces lieux, inédites pour la plupart, ont été réalisées ces dix dernières années. Par séquences se livrent des instants vécus à la campagne avec Kafka le cheval ou chez son ami l’écrivain et écologiste Rick Bass dans la vallée du Yaak (Montana). Compter 4 500 euros pour un format unique (50 x 50 cm, éditions de 2 ou 3).
« Marc Trivier » Galerie Bernard Bouche, 123, rue Vieille-du-Temple, Paris-3e
www.galeriebernardbouche.com 

Christine Coste


Georg Baselitz
Galerie Catherine Putman - Paris-4e - jusqu’au 13 mai 2017
Avec sa quatrième exposition personnelle chez Catherine Putman, galeriste qui est son éditeur français depuis vingt ans, Georg Baselitz dévoile dix-neuf gravures (eau-forte et xylographie). Prenant pour point de départ ses dernières gravures, tirées des séries Visite de Hokusai et J’entends des voix (2015), cette manifestation offre au regard une sélection d’estampes, datées de 1995 à 2015, focalisées particulièrement sur les pieds, motif qui revient inlassablement dans le travail du peintre-graveur allemand ; les prix des œuvres se situent entre 4 000 et 8 000 euros.
« Georg Baselitz. Pied à terre » Galerie Catherine Putman, 40, rue Quincampoix, Paris-4e
www.catherineputman.com  

Vincent Delaury


Gérard Schlosser
Galerie Laurent Strouk -Paris-8e - jusqu’au 25 mai 2017
Pour son huitième solo show chez Laurent Strouk, Gérard Schlosser, né en 1931 à Lille, dévoile sa dernière série de vingt-sept tableaux, des acryliques sur toile sablée, rendant hommage à Fernand Léger. On y voit, au sein de cadrages serrés qui sont la signature de l’artiste, des regardeurs de dos venant s’inscrire dans des fragments de toiles du peintre moderniste afin de créer une réjouissante mise en abyme de la peinture. Les prix des pièces, spécialement conçues pour cette exposition, vont de 18000 à 45000 euros.
« Gérard Schlosser », Galerie Laurent Strouk, 2, avenue Matignon, Paris-8e
www.galerielaurentstrouk.com

Vincent Delaury


Zaven Paré
Galerie Charlot - Paris-3e - jusqu’au 22 avril 2017
À la fois artiste, scénographe et roboticien, Zaven Paré cherche ce qui, dans les machines, peut susciter l’affect et l’identification, et conçoit des robots dont « l’humanité » tient à de subtils effets de présence. En écho à « Golem ! » au Musée d’art et d’histoire du judaïsme [lire p. 72], l’exposition « Ex_Máquina » à la Galerie Charlot dévoile la genèse de cette obsession : en regard des machines créées par l’artiste, elle présente un ensemble de toiles, gravures, dessins et carnets fourmillant de robots dont les formes et postures se réfèrent bien davantage au mythe forgé par la science-fiction qu’à la recherche scientifique.
« Zaven Paré – Ex Máquina », Galerie Charlot, 47, rue Charlot, Paris-3e
www.galeriecharlot.com 

Stéphanie Lemoine


Autour de la vanité
Galerie Hervé Bize - Nancy (54) - jusqu’au 27 mai 2017
Hervé Bize propose, sur 200 m2, une exposition collective et thématique autour de la notion de vanité, manifestant un certain désenchantement face à un monde politique « parvenu, selon Agathe Marie-Louise, collaboratrice du galeriste, à ses limites, ne contrôlant plus le “cours naturel des choses” de ce monde en mutation ». Variant les médiums (peinture, dessin, photographie et œuvre néon), cet événement, qui montre une vingtaine de pièces dont les prix oscillent entre 800 et 50 000 euros, réunit treize artistes internationaux, tant jeunes pousses que stars (Peter Dreher, Marcel Dzama, Jean Hélion, Alain Jacquet, Gabriel Vormstein, Andy Warhol…), tous témoignant, dans leurs productions conceptuelles ou carnavalesques, d’une période de crise aux repères vacillants.
« U Scope I’m God Say Hi Or Be John », Galerie Hervé Bize, 17-19, rue Gambetta, Nancy (54)
www.hervebize.com 

Vincent Delaury


Florence Reymond
Galerie Odile Ouizeman - Paris-3e - jusqu’au 29 avril 2017
Florence Reymond est l’une des peintres les plus douées de sa génération, et une coloriste hors pair qui confirme de nouveau son talent à la Galerie Ouizeman. Ne se satisfaisant pas des formules abouties, l’artiste s’est récemment confrontée à la couleur jaune, l’une des plus difficiles à peindre, et le résultat force l’admiration. La couleur irradie littéralement les grands formats de 2 m, grignotant les unes après les autres les formes inédites chez l’artiste qui envahissent la toile : des pichets, des jambes, des colonnes… Il y a à l’œuvre dans cette nouvelle série quelque chose d’une digestion du modernisme, qui ne craint pas de revisiter l’histoire de la peinture, de Lascaux à Baselitz, en passant par Bonnard. Compter entre 1800 pour les petits formats et 10500 euros pour les plus grands.
« Florence Reymond. Jaune, le soleil », Galerie Odile Ouizeman, 10-12, rue des Coutures-Saint-Gervais, Paris-3e
www.galerieouizeman.com 

Fabien Simode
 

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°701 du 1 mai 2017, avec le titre suivant : L’actualité des galeries - mai 2017

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque