Samedi 29 février 2020

Maastricht (Pays-Bas)

À la Tefaf, la qualité avant tout

Du 11 au 20 mars 2016

Par Marie Potard · L'ŒIL

Le 25 février 2016 - 307 mots

La Tefaf (The European Fine Art Fair) de Maastricht, aux Pays-Bas, unanimement reconnue comme la foire d’art et d’antiquités la plus prestigieuse au monde, ouvre ses portes du 11 au 20 mars.

Pour sa 29e édition, la foire accueille 269 marchands parmi les plus importants dans presque toutes les disciplines, répartis sur 30 000 m2. Dans cet immense espace, les organisateurs tentent cette année d’améliorer les conditions de circulation : une nouvelle disposition du hall d’entrée permettant un double accès à la foire est prévu ainsi qu’un accès direct à la section Tefaf Antiques depuis l’entrée principale. La foire conserve par ailleurs son organisation en sections, dont quatre majeures : les tableaux anciens, les antiquités, le design et la section d’art moderne. La peinture ancienne, colonne vertébrale du salon, accueille 59 marchands internationaux, parmi lesquels Otto Naumann (New York) qui dévoile une œuvre de Matthias Stomer, Le Martyre de saint Barthélemy, Éric Coatalem, qui mise sur un bouquet de fleurs d’Anne Vellayer Coster, et Stair Sainty, qui montre le Portrait de Don Pedro Gil de Tejada de Goya, tandis que les galeries Sanct Lucas (Vienne) et Richard Green (Londres) exposent respectivement un paysage romain par Corot et une vue de Venise d’Eugène Boudin. La section Moderne n’est pas en reste avec la Galerie de la Béraudière qui présente La Horde de Max Ernst, Hammer Galleries (New York) qui expose Le Peintre et son modèle (1964) de Picasso alors que le nouveau venu, Waddington Custot (Londres), apporte Le Facétieux, une sculpture de Jean Dubuffet, et que Bowman propose L’Éternel Printemps, de Rodin. Il faut prendre aussi le temps de voir une paire de vases en marbre par Nicolas Coustou à la Galerie Aveline (Paris), une table à transformation d’époque Louis XV, estampillée Léonard Boudin, de l’ancienne collection Alfred de Rothschild (Röbbig München, Munich) ou un sarcophage égyptien à l’effigie de la déesse Bastet chez Axel Vervoordt.

Tefaf (The European Fine Art Fair), MECC (Maastricht Exhibition and Congress Centre), Maastricht (Pays-Bas), www.tefaf.com

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°688 du 1 mars 2016, avec le titre suivant : À la Tefaf, la qualité avant tout

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque