Art asiatique

La ruée vers l’Est

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 18 octobre 2007 - 685 mots

Les collectionneurs asiatiques ont fait monter les prix à New”¯York durant l’Asian Week aussi bien pour l’art chinois qu’indien.

 NEW YORK - L’Asian Week, la semaine asiatique de New York qui a lieu deux fois l’an en septembre et mars, a donné lieu à une série de onze ventes organisées chez Christie’s et Sotheby’s, du 18 au 21 septembre, pour un montant global supérieur à 100 millions de dollars (70 millions d’euros). Sotheby’s a réalisé un résultat record pour une vente d’art contemporain asiatique le 20 septembre : 38,4 millions de dollars, soit plus de 10 millions de dollars de plus que l’estimation haute, et 82 % de lots vendus. De nombreux collectionneurs asiatiques se sont rués sur les artistes chinois, Zhang Xiaogang en tête. Bloodline Series : Comrade (1995) est monté à 2,5 millions de dollars (quatre fois son estimation haute), un record pour l’artiste immédiatement battu quelques minutes plus tard par un autre tableau, Chapter of a New Century – Birth of the People’s Republic of China (1992), le clou de la vente, envolé à un peu plus de 3 millions de dollars. De nombreux autres records ont été comptabilisés, notamment pour des œuvres de Fang Lijun, Liu Ye et Cai Guo-Qiang, adjugées au-dessus de 1,2 million de dollars. Notons également les 1,9 million de dollars atteints par Infanta (The Princess) (1997) de Yue Minjun, l’un des artistes leaders du mouvement « Réalisme cynique ». Avec Yue Minjun, Sotheby’s détient le record mondial pour une œuvre d’un artiste chinois contemporain vendue aux enchères : The Pope a été adjugé 2,14 millions de livres (3 millions d’euros), le 21 juin 2007, à Londres. Sotheby’s est seule à proposer des ventes dédiées à l’art contemporain asiatique deux fois par an à New York. Elle en organise deux autres à Hong-Kong, en plus de lots d’artistes chinois régulièrement offerts dans ses ventes de prestige d’art contemporain tant à Londres qu’à New York. Son chiffre d’affaires dans ce domaine a atteint 70 millions de dollars en 2006 en quatre vacations. « Nous avons démarré ces ventes spécialisées d’abord à Hong-Kong en 2004, suivie par New York en 2006, pour répondre à une très grande demande qui ne cesse de progresser depuis, tant en volume qu’en valeur », précise un porte-parole de l’auctioneer. Au point d’éclipser les autres spécialités d’art asiatique. Pourtant, les temps forts de l’Asian Week ont été marqués par une enchère de 1,1 million de dollars pour une superbe paire de sculptures en émaux cloisonnés de la dynastie Qing (période Kangxi), acquise par un amateur asiatique le 18 septembre chez Sotheby’s.
En l’absence d’art contemporain chinois, chez Christie’s, on se félicite d’avoir réalisé la seconde meilleure performance de son histoire pour une série de ventes d’art asiatique à New York, avec plus de 44 millions de dollars de recettes. Le 18 septembre, Cranes, une paire de six panneaux à l’encre et à la feuille d’or, du XVIIIe siècle, par l’artiste japonaise Maruyama Okyo, est partie dans une collection européenne pour 1,1 million de dollars, trois fois la somme escomptée. Le lendemain, une rare représentation d’Acuoye Guanyin en bronze doré, du XIIe siècle, provenant de la province du Yunnan, s’est envolée à 1,9 million de dollars (plus de trois fois son estimation haute) au profit d’une institution européenne.
Un frémissement s’est aussi fait ressentir du côté de l’art indien contemporain, présenté par les deux auctioneers. Le 20 septembre chez Christie’s, Mahishasura (1996), tableau de Tyeb Mehta, a été emporté par un amateur indien pour 1,1 million de dollars tandis que  Three Painters (1996) d’Atul Dodiya montait à un prix jamais atteint : 541 000 dollars. Record battu le lendemain chez Sotheby’s avec Father, cédé pour 601 000 dollars à un collectionneur chinois. Signalons encore New Indians, œuvre signée de l’Indien Chintan Upadhyay et adjugée à un compatriote au prix record de 529 000 dollars. À ce rythme, on trouvera bientôt des œuvres d’artistes contemporains indiens dans les grandes ventes anglo-saxonnes d’art contemporain.

SOTHEBY’S - Nombre de ventes : 5 - Résultat : 61,9 millions de dollars - Nombre de lots vendus/invendus : 559/263 - Lots vendus : 68 % - Prix moyen par lot : 110 790 dollars CHRISTIE’S - Nombre de ventes : 6 - Résultat : 44,3 millions de dollars - Nombre de lots vendus/invendus : 1 150/440 - Lots vendus : 72,3 % - Prix moyen par lot : 38 540 dollars

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°266 du 5 octobre 2007, avec le titre suivant : La ruée vers l’Est

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque