Dimanche 22 septembre 2019

Peinture ancienne

La prise de risque a payé

Les bons résultats des ventes de Londres démontrent que ce marché reste solide

Par Marie Potard · Le Journal des Arts

Le 11 décembre 2013 - 513 mots

Cette année cependant, la surprise n’est venue ni de Christie’s, ni de Sotheby’s, mais de Bonhams, qui détenait de loin le plus beau tableau, un portrait de François-Henri d’Harcourt par Fragonard, vendu 17,1 millions de livres sterling (20,5 millions d’euros), établissant un nouveau record mondial pour l’artiste, et pour le tableau ancien concernant l’année 2013.

LONDRES - Quoi qu’il en soit, « les risques pris ont payé, ce qui prouve que le marché est vraiment très fort », commente Éric Turquin, expert.

Du côté de Sotheby’s, 33,5 millions de livres (40,2 millions d’euros) frais compris ont été récoltés lors de sa vente du soir du 4 décembre, un montant proche de son estimation haute fixée à 33,3 millions de livres. Les adjudications des œuvres phares sont restées, sans grand étonnement elles, dans la fourchette de leurs estimations : les deux Vues de Venise par Canaletto, La Place Saint-Marc et le Pont Rialto, estimées 8 à 12 millions de livres la paire, ont été adjugées 9,6 millions de livres (11,5 millions d’euros) ; Portrait d’homme en noir, de Frans Hals, s’est vendu 2,9 millions de livres (3,4 millions d’euros) ainsi que Paysage d’hiver avec des patineurs sur une rivière gelée, de Aert van der Neer, acquis pour 2,6 millions de livres (3,1 millions d’euros).

Deux surprises, cependant. L’une concerne un intrigant Portrait d’homme, par Rubens, estimé correctement 400 000 à 600 000 livres et qui s’est envolé à 3,2 millions de livres ; l’autre, une Lucrèce de Lucas Cranach l’Ancien, un panneau circulaire de 15 cm de diamètre, qui s’est vendu 1 million de livres (1,2 million d’euros, est. 300 000 à 500 000 livres).

Record pour Le Lorrain
La veille, Christie’s totalisait 20,8 millions de livres (24,9 millions d’euros) frais compris, un chiffre loin derrière son estimation haute de 27,5 millions de livres. Son œuvre phare, Un Port de la Méditerranée au lever du soleil avec l’embarquement de sainte Paule pour Jérusalem, de Claude Lorrain, a été cédée pour 5 millions de livres, record mondial, pour l’artiste. « Je n’avais pas vu de Claude Gellée dans cet état-là depuis très longtemps », commente Éric Turquin. De bons prix ont également été obtenus pour Portrait d’homme avec une épée, de Rembrandt et atelier, adjugé 2,5 millions de livres (3 millions d’euros) ; Le Piège à oiseaux, de Pieter Brueghel le Jeune, 1,2 million de livres (1,4 million d’euros), et le Paiement de la dîme, 1 million de livres (1,2 million d’euros). Déception cependant pour l’admirable nature morte de Jan Davidsz de Heem, pas vue sur le marché depuis cinquante ans mais « gâchée par une estimation trop haute », selon Éric Turquin (1,5 à 2,5 millions de livres).

CHRISTIE’S, 3 DÉCEMBRE (VENTE DU SOIR)

Expert : G. Wilsenach
Total : 21,8 M£ frais compris
Estimation : 20 à 27,5 M£ (hors frais)
Nombre de lots : 46
Taux de vente : 72 %

SOTHEBY’S, 4 DECEMBRE (VENTE DU SOIR)

Expert : Andrew Fletcher
Total : 33,5 M£ (f. c.)
Estimation : 22,2 à 33,3 M£ (h. f.)
Nombre de lots : 48
Taux de vente : 72,9 %

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°403 du 13 décembre 2013, avec le titre suivant : La prise de risque a payé

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque