Mardi 11 décembre 2018

Italie

La jeunesse à tout prix

Le Journal des Arts

Le 22 octobre 2004 - 507 mots

Artissima, la foire d’art contemporain de Turin, forte d’un important contingent français, mise sur l’art émergent.

 TURIN - La onzième édition de la foire Artissima, qui se tiendra du 5 au 7 novembre au Lingotto Fiere, à Turin, prend une nouvelle orientation. L’organisation de la manifestation est passée sous l’égide de la Fondation des musées de Turin et la foire est désormais considérée comme « patrimoine officiel » relevant de trois entités publiques. La Région du Piémont, la Province et la Ville de Turin ont en effet racheté la foire à Roberto Casiraghi, le directeur artistique de la manifestation.
Artissima avait atteint des sommets il y a deux ans, avec des résultats de ventes excellents. L’édition 2003 avait été moins dynamique. Outre la concurrence de Frieze Art Fair, la foire londonienne lancée l’an dernier, certains pointent le cadre de la manifestation : les pavillons du Lingotto, certes vastes, sont excentrés.
Malgré le changement de statut, Roberto Casiraghi conserve son titre et ses fonctions, ce qui explique le peu d’évolution de la foire. Celle-ci est toujours composée pour moitié de galeries étrangères, et dédiée aux jeunes artistes. La France, avec douze stands (Chez Valentin, Cosmic, Magda Danysz, Dukan, Frank, Frédéric Giroux, Loevenbruck, Kamel Mennour, Praz-Delavallade, Quang, RX, Pietro Sparta), constitue le plus gros contingent étranger, mais il faut également signaler la participation de sept enseignes américaines. Les galeries créées après 1999, réunies dans la section « New Entries », proposent chacune une exposition personnelle. La section « Present Future » est réservée aux artistes âgés de moins de 40 ans présentés par des galeries sélectionnées par quatre commissaires (Patrick Charpenel, Emma Dexter, Heike Munder et Rochelle Steiner).
Le panorama général est très contemporain, mais il n’exclut pas une poignée de galeries au profil plus historique, comme Blu de Milan, Carlina et Giorgio Persano de Turin et Lia Rumma de Naples.
Grâce au fonds d’acquisition Fondo Artissima, Pier Giovanni Castagnoli et Ida Gianelli – directeurs respectifs de la Galleria Civica d’art moderne et contemporain de Turin et du Castello di Rivoli – pourront choisir dans la foire des œuvres pour les collections de leurs institutions. Et Rosa Martínez, la nouvelle codirectrice de la Biennale de Venise, organise un programme de quatre rencontres sur des thèmes allant des musées à la presse, en passant par les biennales et collections publiques et privées.
La soirée du 6 novembre s’étend au centre-ville, avec les vernissages communs de quelques galeries privées, dont Gabriel Kuri chez Franco Noero, BOTTO & BRUNO chez Alberto Peola, Peter Land chez Sonia Rosso et Pierluigi Pusole à la Galleria In ARCO. Parmi les autres expositions à ne pas manquer pendant la durée de la foire, figurent les expositions personnelles de Nicola De Maria chez Giorgio Persano, Luis González Palma chez Photo & Contemporary, Laura Viale chez Carbone.to, du collectif Color Theory à la Vitamin Arte Contemporanea, et, du côté de l’art moderne, la rétrospective Hans Hartung à la Galleria d’arte Mazzoleni.

Artissima

5-7 novembre, Lingotto Fiere, Pavillon 2, Via Nizza 280, Turin, tél. 39 011 546 284, www.artissima.it, tlj 11h-20h.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°201 du 22 octobre 2004, avec le titre suivant : La jeunesse à tout prix

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque