Dimanche 25 février 2018

La Historical Society vend sa bibliothèque

L’institution new-yorkaise se sépare de 24 000 livres et documents

Le Journal des Arts

Le 5 mars 2010

Un an après avoir mis aux enchères une vingtaine de toiles de maîtres, pour un total de 17 millions de dollars, la New York Historical Society se sépare de 24 000 livres, documents, gravures, cartes, bandes dessinées, etc. La vente sera organisée cette fois par les Swann Galleries et non par Sotheby’s, qui avait assuré en janvier 1995 la dispersion des peintures européennes du musée new-yorkais.

NEW YORK - Parmi les pièces les plus remarquables mises en vente par la Historical Society, de nombreux livres publiés entre le XVIe et le XXe siècle, des gravures de Remington et des cartes géographiques devraient remporter un vif succès. Ces 24 000 documents ne relèvent apparemment plus de la mission restreinte que s’est désormais fixée la Historical Society, à savoir se concentrer sur l’histoire de New York. Cependant, la vente ne devrait pas excéder un million de dollars, et les problèmes financiers persistants du plus ancien musée de New York ne devraient donc pas être résolus.

C’est pourquoi son comité directeur et Betsey Gotbaum, son directeur exécutif, évoquent à nouveau l’éventualité d’une fusion avec une autre institution culturelle. Le Museum of the City of New York, qui poursuit une mission similaire et connaît lui aussi, depuis longtemps, des difficultés financières, semble être le partenaire tout indiqué. Il a d’ailleurs été fondé dans les années vingt par des membres dissidents de la Historical Society, dont les dirigeants actuels semblent avoir compris que la Ville ne pouvait soutenir plus d’un grand musée historique à la fois. Des négociations se sont donc engagées avec la bénédiction du maire, sans que toutefois aucune promesse de subvention de la part de la Ville n’accompagne ces encouragements.

Rappelons que ces dernières années, la Historical Society a failli fusionner avec la New York Public Library et New York University. Mais, à en croire certains responsables de l’institution, la fragilité de sa situation financière aurait fait reculer les intéressés. Un autre élément dissuasif tient peut-être aux résultats décevants de son programme d’expositions. Par exemple, "Trésors du passé", organisée par l’artiste Alfredo Jaar, n’a accueilli que 25 000 visiteurs depuis son ouverture, au printemps 1995.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°22 du 1 février 1996, avec le titre suivant : La Historical Society vend sa bibliothèque

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque