Mercredi 23 octobre 2019

La FILA entre deux eaux

Le marché de la bibliophilie traverse la crise avec sérénité

Le Journal des Arts

Le 13 juin 2003 - 522 mots

La quinzième Foire internationale du livre ancien (FILA) s’est déroulée du 22 au 25 mai à la Maison de la Mutualité, à Paris, dans un climat commercial difficile. La librairie ancienne gère la crise économique avec philosophie : les uns se sont montrés, à la fin de la foire, agréablement surpris par les ventes ; les autres ont tout misé sur les livres intéressants, rares, complets et en bon état, qui se vendent toujours aussi cher.

PARIS - Le visiteur de cette quinzième FILA a pu y découvrir certains livres récemment acquis aux ventes des collections d’André Breton (dirigées par la SVV Calmels-Cohen) ou de François Ragazzoni (menée par Tajan). Jean-Claude Vrain (Paris) proposait Alcools de Guillaume Apollinaire dans une reliure de Paul Bonet pour 110 000 euros, et Calligrammes pour 90 000 euros, acquis le 13 mai pour respectivement 70 404 et 48 132 euros chez Tajan. Chez Sourget, libraire à Chartres, on retrouvait un grand manuscrit enluminé sur vélin par Jean du Quesne, Commentaires de César, vers 1480, que le libraire allemand Jorn Günther a déjà proposé à la Biennale des antiquaires de Paris en 2002 et à la TEFAF de Maastricht en mars de cette année pour 1,6 million d’euros. Il s’agit d’un livre que plusieurs libraires ont acheté en commun. Ceci n’a rien d’étonnant, compte tenu de l’investissement que nécessite un tel objet, avec l’aide de prêts bancaires, et pour lequel les clients potentiels sur le plan mondial se comptent sur les doigts de la main. Les transactions lors de la foire sont restées en général en dessous de la barre des 100 000 euros par livre vendu, et quelquefois même par stand. Les Suisses Flühmann de Zurich et Erasmushaus de Bâle soulignaient qu’ils avaient mieux travaillé qu’ils ne l’avaient espéré. Le premier a cédé un ouvrage de Kipling, La Chasse de Kaa, publié en 1930 avec des illustrations de Paul Jouve et une laque de Jean Dunand au prix de 28 000 euros. Le second a vendu un livre de Rabelais, Pantagruel, illustré par André Derain en 1943, pour 30 000 euros. Sims Reed de Londres a négocié un autre classique parmi les livres illustrés du XXe siècle : Histoire naturelle, de Buffon, illustré par Pablo Picasso en 1942, pour 42 000 euros, ainsi que Flash par Andy Warhol, publié en 1968 à 236 exemplaires, au prix de 28 000 euros. Néanmoins, son associé Max Reed était plutôt réservé quant aux retombées de cette foire, car il n’a pas pu élargir le cercle de ses clients. Pourtant, l’Argentin Aizenman a trouvé dès l’ouverture de la FILA un amateur pour les cinquante feuillets d’un manuscrit autographe de Jorge Borgès, Martin Fierro, 1948-1953, vendu 250 000 euros. Les Parisiens Giraud-Badin et Valette se sont montrés satisfaits des résultats, le premier trouvant acquéreur pour deux titres de Joris-Karl Huysmans, La Bièvre, Les Gobelins, Saint-Séverin pour 7 000 euros et À Rebours, cédé pour 15 000 euros, un prix cependant en dessous de celui annoncé sur la liste éditée pour la FILA. La foire parisienne, dans un marché endurci, a montré que de bons livres au juste prix trouvent toujours acquéreurs.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°173 du 13 juin 2003, avec le titre suivant : La FILA entre deux eaux

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque