Archéologie précolombienne et indienne

La fièvre de l’or

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 5 octobre 2007

Un trésor de 37”¯ors précolombiens est dispersé à Drouot chez Binoche tandis que l’art indien est à l’honneur chez Fraysse.

PARIS - Trente-sept ors précolombiens, provenant de l’ancienne collection Charles Craig, seront mis en vente le 26 septembre à Drouot. En 2003, le Musée du quai Branly, à Paris, avait tenté de racheter plusieurs de ces pièces à Charles Craig, avant de renoncer à une transaction financière trop élevée. Une belle bataille d’enchères se profile à présent sous le marteau de Jean-Claude Binoche. Financier américain, directeur de la Wellsfargo Bank, Charles Craig était un excentrique doublé d’un esthète raffiné qui se lança avec boulimie dans des collections variées, passant sans vergogne des masques de Nouvelle-Guinée aux miniatures persanes, des manuscrits médiévaux enluminés aux gravures de Goya ou aux expressionnistes abstraits américains. Après la Seconde Guerre mondiale, il acquit une propriété au Costa Rica où il s’intéressa aux ors pré-hispaniques cette fois. Il initia cette collection dans les années 1960 avant que la convention de l’Unesco de 1973 n’interdise ce commerce. Elle fut complétée par des achats chez Sotheby’s à New York. « Les ors exercèrent sur lui un attrait magique, retrouvant ainsi leur fonction primitive. Il les aimait au point de les porter en public », relate l’expert de la vente, Jacques Blazy.
Après son décès en 2006, les héritiers cédèrent une trentaine de pièces sur la centaine de bijoux précolombiens détenus. Ceux-là mêmes que vend aujourd’hui le commissaire-priseur Jean-Claude Binoche : des pendentifs anthropomorphes représentant des caciques ou des chamans, mais aussi un bestiaire fantastique de jaguars, alligators, grenouilles, serpents, oiseaux et créatures hybrides « anthropozoomorphes ». Ils sont estimés de 3 000 euros pour un simple pectoral circulaire à 80 000 euros pour une rare et spectaculaire représentation de chaman entouré d’une ronde de serpents. Authentifiés par l’un des deux plus grands spécialistes de la métallurgie précolombienne, l’Américain Robert Sonin, ces ors sont dans un état de conservation remarquable. Tous proviennent d’une zone s’étendant sur 200 km entre le Costa Rica et le Panama, dans les régions du Diquis et Chiriqui et dans la péninsule d’Azuero. Leur datation est fixée entre 500 av. J.-C. et 1500 apr. J.-C. « Peu d’exemplaires de ces pièces d’orfèvrerie stylisées et raffinées sont remontés jusqu’à nous, car beaucoup ont été fondues par les colons espagnols », souligne Jacques Blazy.
Quatre belles sculptures asiatiques figurent aussi au catalogue parmi lesquelles un bouddha acéphale khmer de l’époque pré-angkorienne (VIIIe siècle), collecté dans les années 1960 et estimé 100 000 euros au minimum, mais surtout une splendide et complète représentation d’Avalokitesvara debout à quatre bras, de l’école de Bayon (Angkor Thom, XIIe siècle). Cette statue khmère de 1,12 m, de qualité muséale et provenant de la collection Kenzo Takada, a été estimée 250 000 à 300 000 euros.
Le même jour à Drouot, sera dispersée la collection Robert Schrimpf de sculptures indiennes. « Une date commune pour un effet d’entraînement », précise Antoine Barrère, expert dans les deux ventes. En vedette trône un grand Ganesh de 1 m, assis, à quatre bras, en granit gris, d’Inde méridionale (XVIe siècle). Cette œuvre digne d’un grand musée est estimée 40 000 euros. Plusieurs pièces retiendront encore l’attention tels une très rare représentation dansante de la déesse Chamunda entourée de sa horde de démons, en grès beige, du Madhya Pradesh (XIe-XIIe siècle), estimée 30 000 euros, et un Shiva apparaissant dans le lingam, sculpture d’Inde méridionale (VIIe-VIIIe siècle) en granit schisteux estimée 25 000 euros.

- LES ORS PRÉCOLOMBIENS DE L’ANCIENNE COLLECTION CHARLES CRAIG, vente le 26 septembre à Drouot-Richelieu, 9, rue Drouot, 75009 Paris, SVV Binoche, tél. 01 47 42 78 01 ; exposition privée sur rendez-vous à la SVV Binoche, 5, rue La Boétie, 75008 Paris, puis du 11 au 16 septembre à la galerie Jacques Barrère, 36, rue Mazarine, 75006 Paris, et les 24 septembre 16h-21h, 25 septembre 11h-18h et 26 septembre 11h-12h à Drouot-Richelieu - SUCCESSION DE M. ROBERT SCHRIMPF (STATUAIRE DES INDES ET DE L’ASIE), vente le 26 septembre à Drouot-Richelieu, 9, rue Drouot, 75009 Paris, SVV Fraysse, tél. 01 53 45 92 10 ; expositions publiques le 24 septembre 18h-21h, le 25 septembre 11h-18h et le 26 septembre 11h-12h à Drouot-Richelieu

ORS PRÉCOLOMBIENS - Expert : Jacques Blazy - Estimation : 900 000 euros - Nombre de lots : 37 SUCCESSION ROBERT SCHRIMPF - Experts : Antoine Barrère et Knut Sibbel-Brinkmann - Estimation : 600 000 euros - Nombre de lots : 74

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°265 du 21 septembre 2007, avec le titre suivant : La fièvre de l’or

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque