Dimanche 17 novembre 2019

Céramique

La crème de Chantilly

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 3 février 2009 - 625 mots

Des pièces de faïences et porcelaines sont réunies à Drouot, autour d’un prestigieux coq.

PARIS - Ce n’est pas un hasard si la vente de céramiques organisée à Drouot par la maison de ventes Chayette & Cheval, regroupant des pièces prestigieuses issues de plusieurs collections, se tiendra le 20 février. « Cette vente de céramiques est d’une telle qualité que j’ai suggéré qu’elle ait lieu à une date proche de la vente de la collection Yves Saint Laurent/Pierre Bergé, pour que les amateurs d’art qui viendront à Paris à l’occasion de cet événement puissent dans le même temps admirer les fleurons de la porcelaine et la faïence européennes et chinoises », rapporte Georges Lefebvre, expert en céramique européenne. Star de la vacation, une exceptionnelle statuette à décor polychrome « au naturel » représentant un coq dans le style japonais Arita, vers 1735, représente la crème de la porcelaine tendre française de Chantilly. Estimé 120 000 à 150 000 euros, ce coq d’une grande beauté provient de l’ancienne collection Gilbert Lévy, le plus grand spécialiste d’avant-guerre en porcelaine. « Cette pièce fabuleuse, d’une extrême rareté par son sujet et ses dimensions (33 cm de hauteur), est la plus grande connue en Chantilly. Ce sujet, non répertorié, s’inscrit dans la période japonaise de la manufacture, directement inspirée des collections du prince de Condé », commente l’expert.
Une importante collection de verseuses européennes et asiatiques constitue l’autre attrait de la vente. Une théière française en faïence de Meillonnas en est un des plus beaux exemples. Estimée 15 000 euros, cette théière couverte offre un décor polychrome de larges bouquets de « fleurs fines » variées (rose creuse, tulipe à cœur bleu et myosotis), peint par Protais Pidoux vers 1765. Le catalogue précise : « Ce modèle est connu, apparemment, en trois exemplaires. Celle-ci provient des fameuses collections Paul Blancan et Marcel Haas. Les deux autres exemplaires sont conservés au Musée de Brou [Bourg-en-Bresse] et au Musée national de la céramique de Sèvres ». Les porcelaines allemandes sont illustrées par de beaux modèles provenant des grandes fabriques, à commencer par Meissen qui compte de loin la plus belle section. De Meissen, on notera une rare et belle paire de verseuses vers 1735, soit un modèle de J.-J. Kaendler représentant un coq et une poule avec ses poussins, à décor polychrome « au naturel », estimée 20 000 euros. Ou encore, estimée 15 000 euros, une théière piriforme en porcelaine de Böttger, à décor «     Hausmaler » en grisaille attribué à Ignace Preissler de Breslau (vers 1725-1730), représentant une scène d’intendance militaire avec chevaux sur une face, et sur l’autre, une rencontre entre un officier de cavalerie et un détachement magyar. Parmi les pièces d’Extrême-Orient, citons une paire de verseuses chinoises, en biscuit, émaillées arlequin (vert, jaune, manganèse) de la période Kangxi (fin XVIIe-début XVIIIe), représentant un coq et une poule accompagnés de quatre poussins sur les côtés, estimée 5 000 euros, et une verseuse chinoise du XVIIIe siècle en forme de hanap, en porcelaine et émaux de la famille verte à décor en quatre médaillons de Hollandais et de pivoiniers et lys. Pour cette pièce rare, l’estimation a été très raisonnablement fixée à 3 500 euros, le couvercle n’étant pas d’origine.
L’ultime chapitre de cette vente porte sur une collection unique d’assiettes des célèbres Services Historiques de Sèvres de l’époque Louis-Philippe. Ces assiettes du service des « Pêches maritimes » décoré par le peintre de marines Louis Garneray, celles du service « Productions de la Nature » par Philippine et celles du service « Forestier » seront proposées entre 3 000 et 7 000  euros pièces.

chayette & cheval

Experts : Pierre Ansas (céramique d’Extrême-Orient), Georges Lefebvre (céramique européenne)
Estimation : 400 000 euros
Nombre de lots : 136

CÉRAMIQUE, vente le 20 février à Drouot, 9, rue Drouot, 75009 Paris, SVV Chayette & Cheval, tél. 01 47 70 56 26, exposition chez l’expert Georges Lefebvre, 24, rue du Bac, 75007 Paris, du 9 au 14 février, tél. 01 42 61 18 40, puis à Drouot, le 19 février 11h-18h et le 20 février 11h-12h, www.chayette-cheval.com

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°296 du 6 février 2009, avec le titre suivant : La crème de Chantilly

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque