Lundi 10 décembre 2018

Jean Rault, avec ou sans écran

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 4 février 2000 - 130 mots

Une dizaine de nus de grand format (1 m x 1 m), réalisés en Cibachrome, sont exposés à la galerie Michèle Chomette (24 rue Beaubourg, 7500 Paris) jusqu’au 26 février.

Ces photographies sans concession, qui dérangent les conventions, montrent des femmes et des hommes de tous âges photographiés dans leur intérieur, dans la pièce qu’ils ont choisie. "La plupart du temps, je fais un portrait où tout le corps devient visage. Je photographie le modèle chez lui. C’est son lieu intime qui l’habille, telle une seconde peau. C’est ensuite à moi de me placer, de trouver la distance juste, c’est-à-dire celle qui ne sera ni triviale, ni pornographique," écrivait Jean Rault dans le catalogue de l’exposition "Portraits singuliers pluriel" qui s’est tenue en 1997 à la Bibliothèque nationale de France.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°98 du 4 février 2000, avec le titre suivant : Jean Rault, avec ou sans écran

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque