Jean-Michel Frank en majesté

Nouveaux rendez-vous pour l’Art déco et l’Art nouveau

Le Journal des Arts

Le 26 octobre 2009

Jean-Michel Frank, dont la cote est au plus haut, devrait focaliser tous les regards lors des prochaines ventes d’Art déco. Une vingtaine de pièces du grand créateur vont être dispersées.

PARIS - Après les ventes de décembre, l’Art nouveau et l’Art déco s’imposent une nouvelle fois à Paris avec des pièces exceptionnelles. Les 25 et 27 mars, à Drouot-Montaigne, Mes Millon et Robert, assistés de l’expert Jean-Marcel Camard, disperseront plus de 300 pièces, de 1900 à 1930, pour une estimation de 8 à 10 millions de francs. Les amateurs se disputeront, en particulier, quatorze pièces de Jean-Michel Frank, dont la cote est au plus haut depuis les excellents résultats de 1996. Parmi elles, une étonnante méridienne gainée de galuchat (300 000 à 350 000 francs) et une salle à manger en sycomore, à piètement en urne, comprenant une table et huit chaises (400 000 à 500 000 francs).

Un panneau décoratif inédit, réalisé d’après un carton de Paul Jouve dans les ateliers de Gaëtan Jannin en 1930, pourrait dépasser les 800 000 francs. Formé de neuf dalles de verre, gravé à l’acide et rehaussé de feuilles d’or et d’argent, il représente un lion et une lionne s’abreuvant sous un arbre autour duquel s’enroule un serpent. Il provient de l’hôtel de Mme Arlette Dorgère, avenue Foch à Paris, et a figuré dans l’exposition du Salon des artistes décorateurs de 1930. Autre pièce exceptionnelle, le canapé d’inspiration égyptienne, à pieds en fleurs de lotus, réalisé par Eileen Gray entre 1919 et 1922 pour l’appartement de Mme Mathieu Lévy, rue Lota dans le XVIe arrondissement de la capitale. Estimé entre 1,2 et 1,5 million de francs, il a été acheté 932 400 francs lors de la dispersion de la collection Hélène Rochas par Christie’s, à Monaco, en décembre 1990.

Flambeau aux nénuphars
Les acheteurs découvriront encore des créateurs comme Dupré-Lafon avec des tables basses et chauffeuses (de 30 000 à 80 000 francs), Adnet avec un cabinet peint par Jacques Despiere (180 000 à 200 000 francs), Poillerat avec un mobilier de salon en fer forgé (120 000 francs), ou Arbus qui, en 1933, a réalisé, avec le sculpteur Hencesse, un beau coffret gainé de galuchat (150 000 à 180 000 francs).

Une pièce exceptionnelle d’Émile Gallé ouvrira la vente consacrée aux objets Art nouveau, le 25 mars : une table servante à piètement zoomorphe, en ébène de Macassar, figurant quatre hippocampes, provenant de l’exposition Gallé de 1903 (250 000 à 350 000 francs). De Daum, le connaisseur hésitera entre un flambeau aux nénuphars, à trois fleurs formant cache-ampoules (1,2-1,5 million de francs), une rare lampe "fleur de nénuphar" (700 000 à 900 000 francs) et un vase à décor soufflé-moulé représentant une femme soufflant des bulles de savon (700 000 à 800 000 francs). Enfin, une paire de grandes jardinières de Guimard, dont un exemplaire figure au Musée d’Orsay, pourrait trouver preneur à 120 000 francs.

L’étude de Quay-Lombrail mise également sur Jean-Michel Frank, mais elle a dû repousser au 22 avril sa vente, qui comportera en particulier une console en marqueterie de paille, estimée 400 000 à 600 000 francs, et un bureau de parchemin, évalué entre 500 000 à 600 000 francs. Elle proposera également un siège de Legrain, dont un exemplaire figurait dans la collection Doucet (700 000 à 900 000 francs). Les amateurs découvriront encore des pièces de Ruhlmann et de Majorelle. Le produit attendu se situe entre 4 et 6 millions de francs. Enfin, le 21 mars, Me Jacques Tajan dispersera des verreries de Daum, de Gallé et de Lalique.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°34 du 1 mars 1997, avec le titre suivant : Jean-Michel Frank en majesté

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque