Lundi 16 septembre 2019

Italie : L’Amérique de Rothko à Schnabel

Le Journal des Arts

Le 1 juin 1994 - 342 mots

MILAN, ROME, VENISE ET TURIN - Les derniers sursauts d’une saison à présent à son terme proviennent surtout des États-Unis. À Milan, Gian Ferrari arte contemporanea propose, jusqu’au 30 juillet, sept peintures inédites de Julian Schnabel, dont la muse et modèle, Olatz, est la nouvelle compagne du peintre. La filiale milanaise de Karsten Greve expose, du 3 juin au 3 août, un groupe de sculptures récentes de Louise Bourgeois.

À Rome, l’American Academy accueille pendant tout le mois de juin des œuvres d’artistes américains appartenant à des collections privées italiennes : Rothko, Franz Kline, Tobey, Rauschenberg, Nevelson, Jim Dine, Calder et Cy Twombly sont les signatures les plus prestigieuses. Une autre exposition,  organisée dans la capitale à partir du 15 juin, est consacrée à un collectionneur d’art contemporain connu, Netta Vespignagni, et présente les portraits de Giorgio Franchetti exécutés par des artistes comme Angeli, Schifano, Cy Twombly, Ontani, Chia et Paladino. L’art du portrait américain est également présent au Palais Fortuny à Venise où sont exposés, jusqu’au 26 juin, des dessins, des photographies et des gravures d’Adams à Andy Warhol.

Enfin, à Turin, une rétrospective consacrée aux gravures de Graham Sutherland est présentée jusqu’au 24 juin par Gian Alviso Salamon. Parmi la quarantaine d’eaux-fortes et de lithographies, il faut signaler la Chauve-souris in a looking glass against a window, inédite, avec des annotations de la main de l’artiste, et deux eaux-fortes de 1927 et de 1929, époque à laquelle Sutherland était très influencé par Samuel Palmer. Les prix vont de 800?000?lires à 3?500?000 lires (de 2?300 à 10 000 francs). Toujours à Turin, Tucci Russo, l’un des propriétaires de galeries les plus en vue de la ville – en une trentaine d’années d’activité il a exposé, entre autres, Mario Merz, Tony Cragg et Wim Delvoye – annonce qu’il s’installera en province à partir de septembre, à Torre Pellice, une petite ville de montagne près de la frontière française. L’exposition qui inaugurera les nouveaux locaux, installés sur les 600 m2 d’un bâtiment industriel de la fin du XIXe?siècle, sera consacrée à Richard Long.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°4 du 1 juin 1994, avec le titre suivant : Italie : L’Amérique de Rothko à Schnabel

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque