Vendredi 19 octobre 2018

Les ventes aux enchères dans le monde, résultats et commentaires

Impressionnistes - Modernes et contemporains

Le Journal des Arts

Le 1 septembre 1994 - 716 mots

Résultats contrastés pour les deux maisons. Chez Christie’s, le lot le plus important, un Bacon, est invendu. Chez Sotheby’s, Freud dépasse 500 000 livres (4,2 millions de francs), Beuys 298 500 livres (2,4 millions de francs).

LONDRES - "Oui, l’estimation était erronée". C’est sans faux-fuyant qu’à la fin de la vente d’art contemporain effectuée par Christie’s l’après-midi du 30 juin, Hugues Joffre a reconnu que l’échec de l’œuvre la plus importante du catalogue, un Pape inspiré d’Innocent X par Vélasquez, de Francis Bacon, était dû à une erreur d’estimation (1,8 à 2,5 millions de livres) Une œuvre, qui n’est pas passée récemment sur le marché, appartenant à cette série de peintures inspirées par l’un des chefs-d’œuvre de Vélasquez. Les éléments étaient réunis pour en faire le meilleur lot des ventes d’art contemporain. La non-adjudication a pratiquement compromis l’issue de toute la vacation qui, si l’on se réfère aux sommes, a enregistré des ventes d’à peine 57 % (70 % si l’on considère le nombre de lots) et un totaI de 3 308 150 livres.

Les ventes d’art contemporain des 29 et 30 juin ont pratiquement toutes eu lieu entre Européens et Américains, et pas seulement du Nord. Chez Christie’s, ils ont acheté un Tàpies pour environ 205 000 francs, aussitôt après Les éponges roses de Klein pour 340 000 francs, un Riopelle de 1966 pour environ 265 000 francs, et un autre Tàpies, Angle en relief et taches de 1968, payé cette fois plus que l’estimation, 633 000 francs environ. Toutefois, le prix le plus élevé de la vente Christie’s est allé à un fascinant Black peacock de Calder, de 1950, qui a été vendu au téléphone un peu plus de 3,5 millions de francs. Un autre Calder, L’indien, de 1964, est revenu en revanche au marché belge pour 795 000 francs. Tous les Italiens, représentés par trois Fontana, un Magnelli et un Manzoni, ont été invendus.

En revanche, c’est une salle nettement plus active et intéressée qui a fait le succès d’une vente analogue chez Sotheby’s, où 230 lots ont été dispersés en deux fois, totalisant plus de 50 millions de francs, avec des pourcentages de lots vendus compris entre 70 et 80 %. La vente la plus importante a eu lieu dans la soirée du 29 juin : il s’agissait d’un ensemble d’œuvres d’un indubitable intérêt, mais qui ont cependant parfois déçu, et pas seulement les experts. Ce fut le cas des Fontana, un très bel ensemble de toiles historiques des années 50. Provenant de collections privées et toutes nouvelles sur le marché, on en attendait des résultats nettement meilleurs. Un très beau Concetto spaziale.

Attese n’a pas trouvé d’acheteur, bien que l’estimation la plus basse avoisinât 600 000 francs. C’est ainsi que les autres Fontana sont allés enrichir des collections étrangères, comme un Concetto spaziale baroque qui a été vendu au-dessous de l’estimation à 780 000 francs, ou une grande Nature, un bronze de 58 cm de diamètre, le premier en vente publique, qui a dépassé toutes les prévisions et a été vendu près de 900 000 francs, pour une estimation entre 400 et 550 000 francs. Excellents résultats aussi pour Tàpies : tout Barcelone semblait vouloir sa Gran paraula, une toile de la première période surréaliste datée 1951, qui a crevé le plafond des estimations fixé à 500 000 francs, et qui a été vendue plus du double.

Des résultats encore meilleurs pour quatre Beuys. Un assemblage de 1952, Stapelkopf siegel, a été l’objet d’une lutte entre la salle et le téléphone qui alla jusqu’à 2,1 millions de francs. Le grand Achrome de Manzoni de 1959 a dépassé 1,8 million de francs. La très belle Painter’s room de Lucian Freud, une rare composition, a obtenu l’enchère la plus élevée de la vente, 4,2 millions de francs.

1. Alexandre Calder, Black Peacock, tôle peinte, 1950, H. 150 cm, Christie’s, Londres, 30 juin, (Est. £ 280 000-350 000), vendu £ 430 500, 3 570 000 F.

2. Joseph Beuys, Stapelkopf Siegel, assemblage, 1952, 78 x 52 cm, Sotheby’s, Londres, 29 juin, (Est. £ 50 000-70 000), vendu £ 298 500, 2 400 000 F.

3. Lucian Freud, The Painter’s room, huile sur toile, 62,2 x 76,2 cm, Sotheby’s, Londres, 29 juin, (Est. £ 300 000-400 000), vendu £ 507 500, 4 200 000 F.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°6 du 1 septembre 1994, avec le titre suivant : Impressionnistes - Modernes et contemporains

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque