Jeudi 13 décembre 2018

Les ventes aux enchères dans le monde, résultats et commentaires

Impressionnistes, modernes et contemporains

Londres

Le Journal des Arts

Le 1 septembre 1994 - 1031 mots

Le montant de la vente de deux tableaux chez Sotheby’s dépasse le total de la vente de Christie’s. La faute n’en revient ni aux difficultés du marché financier, ni aux fluctuations du dollar. Les deux dernières ventes d’impressionnistes et de contemporains à Londres, les 27 et 29 juin, n’ont pas remporté le succès que l’on attendait. Il faut en incriminer l’éternelle rivalité qui oppose les deux géants des enchères.

LONDRES - Si l’on considère les résultats, c’est Christie’s qui semble avoir été la plus touchée, avec presque la moitié des œuvres rendues à leur propriétaire lors de la vente inaugurale du 27 juin : seuls 51 % des lots ont été vendus, pour un total de 9 239 000 livres (environ 77,6 millions de francs). Ce résultat n’a guère surpris puisque, dans les jours d’exposition précédant la vente, marchands et collectionneurs avaient manifesté une certaine perplexité devant les prix demandés pour certaines œuvres.

Ainsi Atelier V de Braque, – l’une des toiles de la célèbre série des Ateliers –, œuvre intéressante, mais un peu triste en raison de sa gamme de couleurs gris et brun, était estimée entre 2,5 et 3,5 millions de livres (21 à 29,4 millions de francs). Sotheby’s a dû descendre jusqu’à 1,8 million de livres (environ 15,1 millions de francs), et le tableau n’a pas été vendu. Rappelons qu’en mai 1992, période difficile pour le marché de l’art, l’Atelier VIII, de la collection McCarty-Cooper, avait atteint, frais compris, 3,96 millions de livres (33,2 millions de francs environ).

Le tableau de Vlaminck Soleil de Printemps Bord de Seine (1906), estimé entre 1,2 et 1,6 million de livres, a été adjugé 650 000 livres (5,4 millions de francs environ) ; pratiquement la moitié de la valeur de l’estimation la plus basse. L’œuvre, qui était l’année dernière sur le marché parisien à un prix très voisin, semble avoir trouvé un acquéreur le lendemain de la vente. Beau résultat, en revanche, pour le tableau de Miró Personnages, oiseaux, étoiles : estimée entre 1,2 et 1,6 million de livres, l’œuvre a été vendue 1,87 million de livres (15,7 millions de francs environ), au grand dépit d’une dame assise au huitième rang qui avait enchéri jusqu’à 1,67 million de livres (14 millions de francs environ).

Un couple de collectionneurs a acquis un Monet de 1878, Pommiers en fleurs, pour un peu plus de 375 500 livres (3,1 millions de francs environ), contre une estimation de 350 à 500 000 livres . En revanche un Portrait de Julie Velelli de Degas – étude préparatoire pour le tableau de famille du Musée d’Orsay – a dépassé de loin sa meilleure estimation (180 000 livres, 1,51 million de francs environ), pour atteindre 408 500 livres (3,4 millions de francs). Une famille italienne résidant à Monte-Carlo a acquis, pour à peine plus de 1,2 million de livres (10,8 millions de francs) deux Picasso et un Chagall. Le Hanka Zberowska au bougeoir par Modigliani est parti à 1 486 500 livres (12,4 millions de francs environ), à la limite de son estimation minimale.

Le 28 juin, la vente a totalisé un peu plus de 5,49 millions de livres (46,1 millions de francs environ) pour 62 % des lots vendus. Un couple de Milan a fait monter les enchères pour un beau De Chirico de 1927, Le Printemps du destin-Paysage dans une chambre, acquis finalement pour 172 000 livres (1,5 million de francs environ). Parmi les autres De Chirico du catalogue, seul un petit Autoportrait méritait l’attention ; il est parti à 18 400 livres (1,5 million de francs environ).

Le marché international était représenté par une forte délégation française, et par des Allemands, des Espagnols, des Américains, des Japonais et quelques Italiens. Les collectionneurs privés – presque exclus du jeu depuis un an –, ont mené les enchères, chez Christie’s le 27 juin, comme chez Sotheby’s le 28 juin. La première vente Sotheby’s avec un grand luxe de mise en scène, a frôlé les 20 millions de livres (168 millions de francs environ), ce qui correspondait aux estimations minimales, pour 65 % des lots.

Le lot le plus attendu de la vente, Un bar aux Folies-Bergère, une étude de Manet pour le célèbre tableau de l’Institut Courtauld de Londres, a été acquis – à la suite d’enchères téléphoniques – pour 4 401 500 livres (37 millions de francs environ). Un bronze de Degas, un dessin de Van Gogh et des Peupliers de Monet – partis à 4 841 500 livres (40,6 millions de francs environ) – ont suscité beaucoup d’intérêt.

Le tableau de Bazille, qui illustrait la couverture du catalogue – Une Tireuse de cartes – avait été estimé entre 800 000 livres et 1,2 million (6,7 à 10 millions de francs environ), estimation trop haute, ce qui a eu pour effet de bloquer les enchères à 640 000 livres. Deux compositions de Kandinsky ont suscité un grand intérêt. Estimées respectivement de 50 à 70 000 et de 30 à 40 000 livres, elles ont été acquises par un collectionneur privé pour 210 500 et 122 500 livres (1,77 et 1,03 million de francs).
Au total, ces trois journées de vente n’auront pas constitué l’événement marquant de la saison, mais plutôt un temps de réflexion.

1. Frédéric Bazille, Tireuse de cartes, huile sur toile, 61 x 46 cm, Sotheby’s, Londres, 28 juin, (Est. £ 800 000-1 200 000), vendu £ 640 000, 5 400 000 F.

2. Amedeo Modigliani, Hanka Zberowska au bougeoir, huile sur toile, 46,3 x 29,5 cm, Christie’s, Londres, 27 juin, (Est. £ 1 400 000-1 800 000), vendu £ 1 486 500, 12 400 000 F.

3. Edgar Degas, Cheval au galop sur le pied droit, bronze, H. 31 cm, L. 47 cm, Sotheby’s, Londres, 28 juin, (Est. £ 200 000-250 000), vendu £ 210 500, 1 768 000 F.

4. Édouard Manet, Un bar aux Folies-Bergère, huile sur toile, 47 x 56 cm, Sotheby’s, Londres, 28 juin, £ 4 401 500, 37 000 000 F.

5. Giorgio De Chirico, Le printemps du destin - Paysage dans une chambre, 1927, huile sur toile, 81 x 60 cm, Christie’s, Londres, 28 juin, (Est. £ 60 000-80 000), vendu £ 172 000, 1 500 000 F.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°6 du 1 septembre 1994, avec le titre suivant : Impressionnistes, modernes et contemporains

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque