À Hammersmith

Sotheby’s ouvre une nouvelle salle de vente

Le Journal des Arts

Le 12 octobre 2001

L’auctioneer se réorganise et ouvre une nouvelle salle de ventes spécialisée dans le marché de moyenne gamme. Vingt à trente ventes annuelles qui se tenaient auparavant sur Bond Street s’y dérouleront désormais, auxquelles viendront s’ajouter quarante nouvelles vacations : la société espère réaliser un chiffre d’affaires de quelque 50 millions de dollars.

LONDRES (de notre correspondante) - “Si Gucci peut vendre un sac à main 600 livres et réaliser un bénéfice, alors nous le pouvons aussi”, a déclaré Paul Sumner, directeur général de la nouvelle salle des ventes de Sotheby’s, spécialisée dans le marché de moyenne gamme, et située à Olympia dans l’ouest de Londres. Il a été rapatrié d’Australie pour prendre la direction de ce département qui vise à pénétrer le marché lucratif des antiquités et des œuvres d’art dont les prix se situent dans une fourchette de 500 à 10 000 livres (de 5 000 à 100 000 francs), et à se poser en concurrent direct de la salle des ventes de moyenne gamme de Christie’s à South Kensington. Sotheby’s Olympia est installée au deuxième étage d’un centre d’expositions sans charmes, qui accueille également toutes sortes de foires, depuis le Salon du logiciel jusqu’à trois grandes foires de renom d’antiquités et de beaux-arts. Le complexe est situé à Hammersmith, quartier plutôt modeste comparé à ceux très chics de Kensington et de Notting Hill. Plusieurs départements de Sotheby’s Bond Street ont été transférés dans les locaux de 17 000 m2, qui ont été décorés dans un style moderne et épuré – rappelant un restaurant conçu par le designer Terence Conran.

Offrir aux clients un service exhaustif
Les autres départements ont été scindés et ceux relatifs au marché haut de gamme sont restés à Bond Street. La commission, aussi bien pour les acheteurs que pour les vendeurs, sera légèrement revue à la baisse à Olympia, les catalogues afficheront un prix dérisoire de 5 livres sterling et la salle des ventes restera ouverte tout le week-end. Pourquoi la société a-t-elle besoin d’être présente sur le marché de moyenne gamme, alors qu’elle l’est déjà sur le marché haut de gamme ? Paul Sumner explique : “Nous voulons offrir à nos clients un service exhaustif. La plupart des gens possèdent des pièces très variées, et jusqu’à présent, nous devions refuser certaines transactions car nous n’étions pas équipés.”

Au même moment, Christie’s South Kensington signalait que les menaces qui pesaient sur l’avenir de sa salle des ventes de South Kensington étaient écartées “pour l’instant”.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°134 du 12 octobre 2001, avec le titre suivant : À Hammersmith

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque