Vendredi 19 octobre 2018

Joaillerie

Genève brille toujours

Bien que fortement concurrencée par New York, Hongkong et Londres, la place genevoise atteint toujours des sommets lors des ventes de joaillerie

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 6 mai 2008 - 705 mots

GENÈVE - Plus de 1 300 bijoux de prestige seront dispersés en trois jours mi-mai à Genève sous les marteaux de Christie’s, Sotheby’s et Phillips de Pury & Company, pour la première fois en partenariat avec la maison française Pierre Bergé & Associés (PBA).

Ce rendez-vous bisannuel, attendu par les acheteurs du monde entier, est en concurrence croissante avec les places de New York et de Hongkong. De plus, Genève est rattrapée par la capitale britannique. « Depuis un an, nous avons pris la décision de développer Londres, qui est en passe de devenir, pour les bijoux, premier ex aequo avec Genève. Cela tient beaucoup à la présence de clients Russes et du Moyen-Orient qui ont élu domicile en Angleterre », souligne François Curiel, directeur du département joaillerie du groupe Christie’s. Après 40 ans de suprématie dans les enchères joaillières, la place suisse pourra-t-elle briller éternellement ? « Je crois au rayonnement de Genève, favorisée par une TVA réduite et l’existence des ports francs, où les ventes attirent plus de monde qu’à Londres, soutient David Bennett, directeur du département haute joaillerie de Sotheby’s pour l’Europe et le Moyen-Orient. L’association entre Phillips de Pury & Company et Pierre Bergé & Associés va dans ce sens. »
Parmi les tendances qui se dessinent aujourd’hui : l’attrait pour les beaux diamants de couleur. À ce titre, Christie’s propose une bague ornée d’un diamant bleu rectangulaire, estimée 6,6 millions de francs suisses (4 millions d’euros). La pierre de couleur « Fancy Intense Blue » pèse 13,39 carats. Chez Sotheby’s, un diamant bleu est également à l’honneur, monté aussi en bague et estimé autour de 3 millions de francs suisses (1,8 million d’euros). Quoique plus petit (3,73 carats), il se présente sous la forme d’une poire de couleur « Fancy Vivid Blue », soit d’un bleu supérieur, en plus de sa grande pureté. Le goût intemporel pour les bijoux « vintage » des grands joailliers va de préférence pour la période Art déco que les collectionneurs s’arrachent. Chez Christie’s, le succès est assuré pour un élégant bracelet en diamants des années 1920, signé Cartier et estimé 100 000 euros (62 000 euros). Chez Sotheby’s, remarquons une bague des années 1930, probablement de Cartier, ayant appartenu à Daisy Fellowes. Estimée 20 000 francs suisses (12 000 euros), elle est sertie d’un saphir cabochon et sa monture est incrustée de diamants et de saphirs cabochons.
Et tandis que Sotheby’s célèbre les bijoux anciens, notamment un devant de corsage en diamants datant du milieu du XIXe siècle, provenant de la collection de la princesse Louis de Croÿ et estimé 80 000 francs suisses (50 000 euros), à l’opposé, Christie’s relève le succès des bijoux uniques de créateurs contemporains, à l’instar d’une grande broche Nœud en titane, toute sertie de saphirs, par Michele della Valle, estimée 45 000 francs suisses (28 000 euros).
Cette année, il faudra aussi compter sur PBA qui s’est joint à l’auctioneer Phillips de Pury & Company. Une sélection de pièces de cette vente conjointe a été montrée à New York, Los Angeles, Moscou et Londres. Parmi les poids lourds de la vacation, un éclatant collier de cinquante-sept diamants poires pesant 134,27 carats, avec un pendant de forme poire (11,05 carats), et une paire de boucles d’oreilles assorties. Cette parure, dont tous les diamants sont certifiés de couleur D, est estimée 4,8 millions de francs suisses (3 millions d’euros). Parmi les pièces de charme, notons enfin un bracelet en argent patiné de René Boivin, décoré d’un motif pavé de diamants et estimé 45 000 francs suisses (28 000 euros).

BIJOUX DE PRESTIGE
vente le 13 mai à l’Hôtel de la Paix, 11, quai du Mont-Blanc, Genève, Phillips de Pury & Company et Pierre Bergé & Associés, tél. 01 49 49 90 11 (PBA)/ 41 22 906 80 00 (Phillips), www.phillipsdepury.com et www.pba-auctions.com

BIJOUX « CHICS » et BIJOUX « GLAMOUR »
vente le 14 mai à l’Hôtel des Bergues Four Seasons, 33, quai des Bergues, Genève, Christie’s, tél. 01 40 76 85 85/ 41 22 319 1766, www.christies.com

BIJOUX DE PRESTIGE ET DE NOBLES PROVENANCES
vente le 15 mai à l’Hôtel Beau-Rivage, 13, quai du Mont-Blanc, Genève, Sotheby’s, tél. 01 53 05 53 05/ 41 22 908 48 00, www.sothebys.com

PHILLIPS DE PURY & COMPANY AVEC PBA, vente du 13 mai
- Experts : Nazgol Jahan (Phillips de Pury & Company) et Jean-Norbert Salit (PBA)
- Estimation : 17,5 millions de francs suisses (10 millions d’euros)
- Nombre de lots : 425

CHRISTIE’S, vente du 14 mai
- Expert : Éric Valdieu
- Estimation : 58 millions de francs suisses (36 millions d’euros)
- Nombre de lots : 393
SOTHEBY’S, vente du 15 mai

- Experts : David Bennett
- Estimation : 40 millions de francs suisses (28 millions d’euros)
- Nombre de lots : 514

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°281 du 9 mai 2008, avec le titre suivant : Genève brille toujours

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque