Dimanche 24 janvier 2021

Londres (Grande-Bretagne)

Frieze London, une édition charnière

Du 14 au 17 octobre 2015

Par Éléonore Thery · L'ŒIL

Le 23 septembre 2015 - 327 mots

La foire s’ouvre dans un contexte favorable et avec de fortes attentes pour sa nouvelle direction.
Depuis son lancement en 2003 par l’équipe du magazine Frieze, la foire d’art contemporain londonienne a réussi un parcours presque sans faute.

Devenue incontournable avant même son dixième anniversaire, elle est parvenue à étendre tant sa couverture historique, avec le lancement de Frieze Masters en 2012 [lire ci-contre], que sa couverture géographique, avec l’inauguration d’une édition new-yorkaise la même année. Frieze London peut également se targuer d’un commerce toujours au beau fixe, grâce à sa situation dans une ville ultra-active économiquement qui attire les plus grandes fortunes de la planète. Les résultats mirobolants des dernières ventes d’art contemporain cet été ou les ouvertures de galeries prévues cet automne (une première pour Patrick Seguin et une troisième pour Gagosian) ne sont que de nouveaux indices de son attractivité.

Si les éditions précédentes n’avaient pas soulevé un enthousiasme débordant, tout en alimentant un commerce actif, le cru 2015 est en revanche très attendu. C’est en effet la première édition sous la houlette de Victoria Siddall, déjà à la tête de Frieze Masters, et qui a pour mission de revitaliser la foire, aux côtés de nouveaux directeurs artistiques. Cent soixante-quatre galeries sont ainsi réunies à Regent’s Park, avec une trentaine de pays participants et toujours un nombre important de galeries britanniques (plus de quarante). Dans le secteur général, on ne constate pourtant qu’une petite quinzaine de mouvements, marqués par l’arrivée de Cheim & Read (New York), Simon Lee Gallery (Londres) et du parisien Kamel Mennour qui présente notamment une nouvelle installation de Camille Henrot. Le secteur Live inauguré (et plébiscité) l’an dernier est reconduit : au sein de ces installations basées sur la performance figurent une rencontre avec Amalia Ulman (galerie Arcadia Missa) ou une pièce historique du Brésilien Tunga (Galleria Franco Noero, Turin). Au sein du secteur Focus dédié aux jeunes galeries, on trouve notamment un solo show de Naufus Ramirez-Fugueroa présenté par Sultana. 

Frieze London, Regent’s Park, Londres (Grande-Bretagne), www.friezelondon.com

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°683 du 1 octobre 2015, avec le titre suivant : Frieze London, une édition charnière

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque