Dimanche 15 décembre 2019

VENTES PUBLIQUES

Fort regain d’intérêt pour la peinture ancienne

Par Marie Potard · Le Journal des Arts

Le 13 décembre 2017 - 460 mots

Les ventes de fin d’année dans la discipline enregistrent une croissance de plus de 70 % en un an. Même les estimations élevées n’ont pas découragé les acheteurs.

Londres. Est-ce la vente du Salvator Mundi de Léonard de Vinci en novembre à 450 millions de dollars chez Christie’s-New York qui a dopé la peinture ancienne ? Pour éric Turquin, expert en peinture ancienne, très certainement : « Ce prix a stimulé tout le monde. Et de toute manière, il y a un fort intérêt pour la peinture ancienne depuis six mois ». Toujours est-il que les résultats de cette dernière session de l’année dans cette catégorie sont très encourageants. Le produit de ventes cumulées de Sotheby’s et Christie’s s’élève à 46,7 millions de livres* (53 M€), soit une croissance de plus de 70 % par rapport au total de l’an passé (27 M£). Notons cependant que sans les frais, le total cumulé s’élève à 39 millions de livres, dans la fourchette de son estimation de départ (31 à 45,6 M£). Quant au taux de ventes cumulés des deux opérateurs, il atteint 80 %, « un taux excellent pour la discipline », a commenté l’expert, tandis que presque tous les lots importants, dotés d’estimations millionnaires, ont fait craquer les enchérisseurs.

Le XVIe siècle flamand, longtemps négligé, décolle
Sotheby’s se lançait la première le 6 décembre et recueillait 25 millions de livres, dans les limites de son estimation (18,6 à 27 M£). Elle affiche ainsi une augmentation de près de 70 % par rapport à l’an dernier (14,8 M£). La maison de ventes a réussi à céder ses trois lots phares. En tête, Jeunes artistes dessinant une sculpture, la nuit, du peintre anglais Joseph Wright of Derby. Adjugé 7,2 millions de livres, le double de son estimation haute (3,5 M£), c’est un record aux enchères pour l’artiste. Parmi les 9 lots invendus figure, entre autres, un Portrait d’un amiral vénitien, par Titien (est.1 à 1,5 M£).

Christie’s, de son côté, a enregistré un total de 21,7 millions de livres, en forte progression par rapport à décembre 2016 ( 78 %). L’enchère la plus chère de la soirée a été remportée par Saint François et frère Léon en méditation, du Greco, avec 6,8 millions de livres (est.5 à 7 M£), un prix astronomique même si le tableau était garanti. Quoiqu’il en soit, il multiplie par 4 le prix obtenu en 1996 (1,5 M£), « ce qui est un très bon indicatif de l’évolution du marché », a souligné Eric Turquin. Autre prix stratosphérique, d’autant plus que l’auteur est inconnu du grand public, Mercure emportant Psyché jusqu’au Mont Olympe, de Bartholomäus Spranger (1546-1611). Il a atteint 3,3 millions de livres, quintuplant son estimation haute (600 000 £) et enregistrant un record pour l’artiste. « Actuellement, le XVIe siècle flamand, longtemps négligé, décolle », a précisé le spécialiste.

*Les adjudications sont indiquées frais compris, les estimations sont hors frais.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°491 du 15 décembre 2017, avec le titre suivant : Fort regain d’intérêt pour la peinture ancienne

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque