Vendredi 15 novembre 2019

Focus : James Joyce « Ulysses » (1922, 3e édition)

Vente du 3 mai à Drouot, Paris - SVV Piasa

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 27 avril 2011 - 545 mots

En bibliophilie, la toute première édition d’un ouvrage est la plus prisée. La deuxième édition a déjà beaucoup moins d’intérêt, quand la troisième ne vaut presque rien. Sauf exception, comme c’est le cas pour cet exemplaire d’Ulysses, mythique roman de James Joyce dont la publication chaotique confère le statut de rare objet de collection à ce volume présenté chez Piasa le 3 mai, à Paris. Ce chef-d’œuvre de la littérature moderne déclencha à l’époque une vive polémique qui conduisit à l’interdiction du livre aux États-Unis, suite à une plainte déposée par la New York Society for the Suppression of Vice (Société new-yorkaise pour la suppression du vice) qui trouvait le livre obscène.

En février 1922, la librairie parisienne Shakespeare and Company fit imprimer une première édition en anglais d’Ulysses, à seulement 1 000 exemplaires. Celle-ci regroupe trois tirages différents : un premier, numéroté de 1 à 100, imprimé sur papier Hollande et signé par Joyce ; un deuxième, limité à 150 exemplaires, imprimé sur papier vergé d’Arches ; et 750 exemplaires ordinaires. Un spécimen ordinaire de la première édition, en bon état, s’est vendu 66 000 livres sterling (98 000 euros), le 15 décembre 2005 à Londres chez Sotheby’s. Tandis qu’un autre de la série très exclusive sur papier Hollande s’est envolé à 288 000 dollars (239 000 euros), le 13 avril 2004 à New York, toujours chez Sotheby’s. 

Exemplaire inconnu
Une deuxième édition d’Ulysses à 2 000 exemplaires vit le jour en octobre 1922. Destinée aux pays anglo-saxons, elle fut publiée à l’adresse d’Egoist Press à Londres. Mais 500 livres furent saisis et brûlés par les services de douane new-yorkais. « En réaction contre cet autodafé, Egoist Press fit réimprimer 500 exemplaires qui, selon les diverses sources consultées, furent publiés en janvier 1923. Ces 500 exemplaires portent sur le troisième feuillet la mention suivante : « This edition of 500 copies is specially reprinted to replace those destroyed in transit to the USA » », rapporte l’expert Emmanuel Lhermitte.

Différentes sources bibliographiques mentionnent que 499 des 500 exemplaires de la troisième édition furent saisis et détruits par les autorités douanières de Folkestone. Et qu’outre l’unique volume rescapé, il resterait peut-être deux ou trois exemplaires hors commerce non numérotés. C’est ce que l’on croyait jusqu’à ce jour. Car l’exemplaire offert (qui n’est pas celui réputé non détruit) est inconnu. Ses propriétaires, qui n’ont pas souhaité révéler leur identité, gardent le secret de sa sauvegarde. Ce rarissime livre de la 3e édition est daté de 1922 (et non pas de janvier 1923 comme on le supposait) et « fait bien mention au recto du troisième feuillet des deux éditions précédentes », précise l’expert. Plusieurs bibliothèques anglo-saxonnes ont manifesté leur intérêt pour cet exemplaire historique, estimé très modestement 10 000 à 15 000 euros. « Conservé dans son jus, le volume a quelques défauts, dont une couverture un peu abîmée, qui n’enlèvent pourtant rien à sa rareté », indique l’expert qui a fait faire un étui pour préserver cette relique. 

James Joyce (1882-1941)

Titre : Ulysses

Format : in-4o, broché

Éditeur : publié par John Rodker (Paris) pour Egoist Press (Londres)

Édition : 3e édition de 1922

Impression : Darantière à Dijon

Provenance : non communiquée

Estimation : 10 000 à 15 000 euros

Expert : Emmanuel Lhermitte

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°346 du 29 avril 2011, avec le titre suivant : Focus : James Joyce « Ulysses » (1922, 3e édition)

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque