Dimanche 20 septembre 2020

Foire

ON SITE

Fiac 2017, un Petit Palais en grand

Par Henri-François Debailleux · Le Journal des Arts

Le 5 octobre 2017 - 349 mots

PARIS

Forte du succès du jumelage du Grand au Petit Palais l’an dernier, la Fiac étend à nouveau sa balade à ces espaces offrant de grands volumes.

C’est pour recentrer la Fiac autour du Grand Palais que Jennifer Flay, sa directrice, et Blanche de Lestrange, directrice de la programmation artistique, ont lancé l’année dernière, une nouvelle initiative, le secteur « On Site ». Autrement dit en français « sur le site ». Car « On Site » est en quelque sorte un HLM (« Hors les Murs ») au Petit Palais, sur l’avenue Winston Churchill. « Nous avons pris acte du fait que le public trouvait certaines œuvres trop éloignées, au moment même où nous concluions notre collaboration avec le Petit Palais », précise Jennifer Flay, qui entend également avec ce nouveau secteur rappeler ce qu’était cet ensemble architectural lorsqu’il fut créé pour l’Exposition universelle de 1900.
 

Des œuvres monumentales sur l’esplanade piétonne

D’ailleurs, comme à l’époque et l’année dernière, l’avenue Winston Churchill, entre les différents bâtiments est rendue piétonne le temps de la Fiac. On y découvrira la plus grande installation jamais réalisée dans un espace public par Richard Nonas, injustement peu montré en France. Elle se compose de deux grands arcs, comme des rails courbes de chemin de fer (67 mètres et 43 mètres de long !) perpendiculairement ponctués et rythmés de traverses en bois. Seront visibles aussi huit bancs et des drapeaux de Matt Mullican, une grande « Iconostase » de Yona Friedman, ainsi que devant le Petit Palais deux « Bancs spaghetti » de Pablo Reinoso.

Mais c’est surtout à l’intérieur du Petit Palais, en collaboration avec son directeur, Christophe Leribault, qu’« On Site » se développe avec la présentation de trente-huit œuvres. Plus réussie et mieux présentée qu’en 2016, où les œuvres semblaient tombées d’on ne sait où et posées là sans grand lien avec leur contexte, la sélection qui récupère cette fois la galerie nord et la rotonde (en plus de la galerie sud et des jardins) permet de révéler une suite de huit sculptures en bronze patiné d’Erwin Wurm, une installation de Sheila Hicks, un ensemble de céramiques de Johan Creten ou une sculpture de Françoise Pétrovitch.

 

Les articles du dossier spécial Fiac 2017

 

  • - Fiac 2017, de l’excellence française
  • - La Fiac ouvre dans un climat optimiste
  • - Fiac 2017, une foire à l’étroit
  • - Les foires européennes sont plus cosmopolites et moins diversifiées
  • - Fiac 2017, une édition entre valeurs sûres et redécouvertes
  • - Fiac 2017, les enseignes françaises jouent à domicile
  • - Fiac 2017, la création émergente monte au créneau
  • - Fiac 2017, un timide retour du design
  • - Les finalistes du Prix Marcel Duchamp 2017
  • - Fiac 2017, un Petit Palais en grand
  • - Fiac 2017, de nouveaux horizons pas si lointains
  • - Art Élysées joue sur tous les tableaux
  • - Paris Internationale, la foire nouvelle génération
  • - Des foires « Off » dépaysantes
  • - Le calendrier des ventes fait la foire
  • - Sotheby’s courtise les artistes

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°486 du 6 octobre 2017, avec le titre suivant : Fiac 2017, un Petit Palais en grand

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque