Mercredi 21 octobre 2020

Art et matière

Extension du domaine de l’art

Le Journal des Arts

Le 1 février 2012 - 686 mots

La galerie Collection, gérée par Ateliers d’art de France, s’ouvre à l’art contemporain et défend la notion de High Craft.

PARIS - La couleur « Primaires ! Rouge » investit la galerie Collection à Paris, grâce aux œuvres de six artistes plasticiennes à travers lesquelles se posent des questions de corps, de féminité et de violence. Œuvre emblématique de l’exposition, « Colonne de Larmes » de Françoise Quardon cite Virginia Woolf sur des assiettes de Sèvres et tire une langue de plomb devant la difficulté de l’existence. Plus ironique, la céramiste plasticienne Christine Coste revit la movida façon Almodovar avec « Last Supper », installation de quatre mètres de long où douze talons aiguilles sanglants portent un regard acéré sur l’image de la femme.

La galerie Collection, ouverte en 2006 rue Thorigny, en face du Musée Picasso, était jusqu’à novembre dernier la vitrine du travail des adhérents d’Ateliers d’art de France – le premier syndicat professionnel des métiers d’art en France, accompagnant les professionnels des métiers d’art et promouvant leur savoir-faire. « Le but était de montrer le travail des adhérents d’Ateliers d’art, en essayant d’avoir une direction artistique qui soit vraiment dans l’objet sculpture » explique Anne-Laure Roussille, responsable de la galerie. Entre-temps, d’autres lieux gérés par Ateliers d’art ont ouvert à Paris : deux boutiques, Talents Opéra et Talents Bastille, et l’Atelier, avenue Daumesnil, lieu de rencontres et de démonstration des savoir-faire artisanaux. « Il fallait à chacun sa propre identité, et donc évoluer parallèlement » souligne l’énergique directrice de la galerie. Évoluer en parallèle sans se marcher sur les pieds, comme en témoigne l’exposition « Primaires ». Si le « Rouge » a été choisi avec bonheur par la galerie Collection, les autres lieux d’Ateliers d’art se partagent le « Bleu » à l’Atelier du Viaduc des arts, le « Violet » et le « Jaune » étant dévolus aux boutiques Talents pour un circuit chromatique illustrant l’artisanat d’art.

Création contemporaine et artisanat d’art
La galerie a rompu avec le système  précédent pour se rapprocher de la création contemporaine. Le syndicat a fait appel à Stéphanie Le Follic-Hadida pour élaborer une programmation 2011-2012 comprenant expositions, colloques et débats sur la création contemporaine. Cette historienne de l’art spécialiste de sculpture a pour mission d’ouvrir la galerie aux plasticiens français et internationaux, « pour dynamiser le lieu et traiter une non-frontière, celle des arts décoratifs et de l’art contemporain, pour conforter un territoire unique, celui du «craft» ». Cette notion de «craft», point central de la galerie, bien connue à l’étranger, reste encore soumise à nombre d’idées reçues en France, où les arts décoratifs et l’artisanat d’art sont considérés comme les parents pauvres de l’art contemporain. Or la galerie revendique une possible suppression des frontières entre les arts appliqués, les arts décoratifs et l’art tout court. Directrice et programmatrice agissent de concert dans cette perspective d’ouverture, ciblant les écoles d’arts appliqués, celles de design et le monde de l’université, « des cellules qui n’ont pas l’habitude de se rencontrer » selon Stéphanie Le Follic-Hadida, grâce à des conférences et des débats accompagnant les expositions de la galerie. Une matière, une thématique, une monographie, la galerie alterne dans le choix de ses expositions, un rythme voulu et revendiqué par le duo. « On a une grande liberté dans le choix des artistes, dans la mesure où on respecte l’éthique et la mission d’Ateliers d’art » précise Anne-Laure Roussille.. Avant de laisser la place en avril et mai à Diego Romero, céramiste dans la tradition des Natives Americans (Indiens d’Amérique) et une série de conférences organisées avec Garth Clark, le plus grand expert international de la céramique contemporaine. Pour Stéphanie Le Follic-Hadida, « le «craft» a son mot à dire, aujourd’hui plus que jamais » : en visitant la galerie, ses mots prennent tout leur sens.

PRIMAIRES ! ROUGE

Nombre d’œuvres exposées : env. 20

Jusqu’au 24 mars, Galerie Collection, 4 rue Thorigny, 75003 Paris, tél. 01 42 78 67 74, www.ateliersdart.com, du mardi au samedi de 11h à 12h et de 13h à 19h. Conférences et débats, entrée libre et sur réservation : 01 42 78 67 74

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°362 du 3 février 2012, avec le titre suivant : Extension du domaine de l’art

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque